Près de 10 millions d'hommes sont touchés par la calvitie en France.

Un homme chauve regarde vers le haut.
Un homme chauve regarde vers le haut. © Getty / Joël Lena

Des chercheurs viennent de découvrir le rôle jusqu'ici inconnu de certaines cellules immunitaires.

Les cheveux sont produits par les follicules pileux. La calvitie survient lorsque les follicules pileux deviennent incapables de remplacer les cheveux perdus. On savait déjà que le phénomène survient souvent sous l'influence de certaines hormones mâles, mais il semble que des lymphocytes jouent aussi un rôle.

Ces lymphocytes s’appellent Tregs. Si on les désactive, les cheveux ne poussent pas. Les Tregs représentent une nouvelle piste de traitement. Cela va peut-être en intéresser quelques-uns, mais les chauves sont plutôt à la mode en ce moment...

Dans le reste de l'actualité scientifique

  • Des chercheurs viennent de découvrir un nouveau monde inconnu

Il n’est pas loin, il est en nous... Des milliards de micro-organismes nous peuplent, nous le savions déjà, mais ce que nous ne savions pas c’est que 99 % d’entre eux sont des Organismes Vivants Non Identifiés… des OVNIS !

Ce sont des chercheurs de l’université de Stanford en Californie qui ont fait cette découverte, un peu par hasard.

Nous avons près de deux kilos de bactéries dans le ventre, soit 100 000 milliards de micro-organismes. Mais nous en avons aussi beaucoup ailleurs : ils circulent dans notre sang comme chez eux. Ces micro-organismes sont des petites usines de transformation de ce que nous mangeons, ils peuvent moduler l’immunité, l’inflammation... Ils influencent aussi nos émotions et notre psychisme.

Les chercheurs de Stanford ont découvert un immense bestiaire : des centaines de nouvelles bactéries et virus qui n'ont pas encore été identifiés, des champignons, etc., qui libèrent leur ADN et leur ARN dans le sang. On peut imaginer associer ces nouveaux organismes à des maladies infectieuses, et élaborer de nouveaux moyens de les vaincre.

  • Les fossiles sont monochromes, mais ils renferment des éléments qui signent des couleurs que la technologie peut aujourd’hui lire

Des chercheurs de l’université de Bristol viennent de reconstituer le pelage d’un lézard perroquet qui vivait il y a 120 millions d’années : il était brun sur le dessus et beige en dessous, ce qui lui permettait d’échapper aux prédateurs. On connait aussi le noir bleuté irisé du Microraptor, un dinosaure à quatre ailes, et le duvet orange du Sinosauropteryx.

Le scientifiques cherchent encore des rouges, des jaunes vifs et des verts : aucune de ces molécules n’a pour le moment été retrouvée dans les fossiles.

  • Il serait possible d'apprendre durant le sommeil en écoutant des leçons enregistrées

Une bonne nouvelle pour ceux qui ont repris le chemin de l’école ou de l’université et qui sont un peu paresseux. La méthode fonctionnerait surtout avec l'apprentissage d'une langue.

Les chercheurs des universités de Zurich et de Fribourg ont recruté 60 sujets germanophones qui souhaitaient apprendre le néerlandais. Certains ont été bercés par des mots en hollandais pendant leur sommeil et d’autres ont écouté la même leçon sans dormir. Conclusion : il y a un lien fort entre le sommeil et la mémoire.

Mais il est indispensable d'ouvrir son manuel avant de s'offrir aux bras de Morphée. La lecture d'un enregistrement de mots qu'on ne connaît pas pendant le sommeil n'a aucun effet.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.