Déborah Bourc’his, chercheuse, vient d'être récompensée pour ses travaux dans ce domaine.

Spermatozoïde au microscope électronique à balayage (SEM)
Spermatozoïde au microscope électronique à balayage (SEM) © Getty / Science Photo Library - STEVE GSCHMEISSNER.

Elle a reçu mercredi  le prix Liliane Bettencourt pour les sciences du vivant. Ce prix prestigieux récompense chaque année un ou une chercheuse de pointe.

Les travaux de Deborah Bourc’his pourraient aider à comprendre comment agissent les perturbateurs endocriniens lors de la reproduction.

Cette jeune femme ne se destinait pas du tout du tout à la recherche. Elle dirige une équipe dans un laboratoire high-tech à l’Institut Curie. Son sujet, l’hérédité qui n’est pas inscrite dans nos gènes.

Depuis 40 ans, la fertilité des hommes est en chute libre

Grâce aux travaux de Deborah Bourc’his, on va peut-être enfin comprendre pourquoi. 

Ce qu’elle aimerait trouver ? Savoir si des informations qui ne sont pas génétiques peuvent se transmettre, de génération en génération. La santé des enfants à naître, et des enfants de ces enfants, en dépend probablement.

On va beaucoup entendre, dans les années à venir, parler de cette brillante chercheuse.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.