C’est le cri d’alarme que lance Marc Duquet, un ornithologue qui observe les oiseaux depuis près de 50 ans.

Il faut sauver les oiseaux !
Il faut sauver les oiseaux ! © Getty / Péter Hegedűs

Ce biologiste est auteur de nombreux livres et articles sur le sujet. L’an dernier, ce passionné de nature a publié Des plumes et des ailes aux éditions Delachaux et Niestlé ; et il pensait que ce serait là son dernier livre, tant il était déprimé par le déclin des populations d’oiseaux.

Et puis Marc Duquet s’est ressaisi. Car certes de nombreuses espèces sont menacées, mais certaines parviennent à s’adapter, à prospérer. Marc Duquet signe donc un nouveau livre : Il faut sauver les oiseaux !

Une situation loin d'être idéale

Le constat de Marc Duquet est critique :

Depuis plusieurs décennies la plupart des espèces déclinent. Quelques unes se portent bien et on tendance à remonter, mais depuis quelques années ce sont les passereaux, les petits oiseaux, dont les effectifs se cassent la figure de manière très rapide et très perceptibles [...] car les insectes disparaissent. Une étude allemande a montré qu'il y avait 80% des petits insectes volants qui avaient disparus depuis une trentaine d'année.

Il y a moins d’insectes, on le constate tous quand nous prenons la route, ils ne viennent plus s’écraser sur le pare brise. Mais les oiseaux sont victimes de nombreux autres facteurs : les pesticides, cela ne vous surprendra pas, mais aussi les herbicides, les raticides… tous ces produits sont une menace pour l’alimentation mais aussi pour l’habitat des oiseaux. Ils ne trouvent plus d’endroits où nicher.

Certaines espèces ont déjà disparu comme le grand pingouin ou huîtrier des Canaries.

Qu’est-ce qui menace encore les oiseaux ?

Le réchauffement climatique, cela ne vous surprendra pas, les collisions avec les voitures ou les engins agricoles… Ils peuvent aussi être victimes du Prozac que prennent les humains, comme les étourneaux en Angleterre.

Le diclofénac, un anti-inflammatoire, a quasiment décimé les vautours en Inde. Parce que le bétail était traité de manière préventive et car les carcasses étaient mangées par les vautours. Plusieurs espèces ont failli disparaître, ont perdu 90% de leurs effectifs.

Que peut-on faire ?

Limiter l’usage des intrants et permettre aux insectes de revenir pour nourrir les oiseaux ; ne pas faucher de grandes surfaces d’un coup, pour laisser en paix les oiseaux qui nichent au sol ; réintroduire des espèces ; limiter la vitesse des engins agricoles… et ne pas faire du "béton vert" dans son jardin.

  • Encore un mot : la Fête de la science dure, en métropole, jusqu'à demain soir ! N'hésitez pas à consulter le site de l’événement pour trouver des activités autour de chez vous.

Vous pouvez retrouver Fabienne Chauvière demain après-midi au Centre national des Arts-et-métiers, à Paris, pour des conférences et débats autour du thème Les promesses de la science.

LIRE AUSSI | Biodiversité : quelques actions concrètes pour sauver les oiseaux de proximité

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.