Suivez l'actualité de la recherche scientifique avec Fabienne Chauvière : le chocolat qui rend plus intelligent, une description d'anus de dinosaures, le yaourt qui guérit les os et la résistance accrue des infections aux antibiotiques.

La résistance aux antibiotiques, pour l’OMS, le  problème est plus grave qu’une pandémie. Image d'illustration.
La résistance aux antibiotiques, pour l’OMS, le problème est plus grave qu’une pandémie. Image d'illustration. © Getty / Andriy Onufriyenko

Les infections résistantes aux antibiotiques sont à l’origine de plus de 700 000 décès dans le monde chaque année. Selon la Fédération Internationale de l’Industrie du Médicament, en 2050, 10 millions de personnes pourraient décéder d’infections résistantes.

Pour le chef de l’OMS, la résistance aux antibiotiques est aujourd’hui l’une des plus grandes menaces pour notre santé et peut réduire à néant un siècle de progrès médical. 

Et les bactéries résistent de mieux en mieux !

Les bactéries peuvent développer une résistance à un antibiotique un an après le début de son utilisation.

D’ailleurs, très peu de nouveaux antibiotiques ont été développés au cours des dernières décennies. Il faut pourtant essayer d’être en avance dans la course contre les bactéries, qui trouvent donc toujours un moyen de résister même aux produits les plus récents.

Les antibiotiques, on le redit, cela ne doit pas être automatique !

Santé toujours, du yaourt pour réparer les fractures

Une fracture a parfois besoin d’être opéré et l’os fixé avec une tige de métal. Ensuite, l’os et le métal fusionnent. Des chercheurs chinois ont découvert qu’en recouvrant la pièce de métal de Lactobacillus casei, qu’on trouve dans le yaourt, la guérison est bien plus rapide. L’équipe de l’Université de Wuhan, en Chine a constaté une augmentation de 27 % du tissu osseux chez des rats qui avaient reçu un implant de titane recouvert de cette bactérie L. casei.

Et ce n’est pas tout !

Les résultats de cette étude, qui viennent d’être publiés ont aussi permis de découvrir que cette technique permettait de réduire de façon importante les risques d’infection.

Cela fait longtemps que l’on sait que le yaourt est bon pour les os, on n’avait pas encore imaginé s’en tartiner le tibia.

Plus intelligents, grâce au cacao

Boire son chocolat chaud ou manger quelques carrés de chocolat dope le cerveau. Selon une étude anglaise, qui vient de paraitre, certaines molécules du cacao sont excellentes pour le cerveau.

Et comment sait-on que le cacao est bon pour le cerveau ?

La fève de cacao est riche en polyphénols. Malgré les transformations, ces flavanols sont encore présents dans le chocolat.

Les scientifiques ont préparé deux boissons à base de cacao : une enrichie en flavanols et une autre moins riche. Ces deux boissons ont été distribuées à des adultes. Deux heures après avoir bu les boissons, les scientifiques ont observé une augmentation de l'oxygénation du cerveau.

Ensuite, ils ont réalisé un test assez intéressant : ils ont demandé aux participants de répondre à une question alors qu’on les bombardait d’informations parasites. 

Et ceux qui ont bu la boisson enrichie ont mieux répondu au test ?

Oui ! Pour les chercheurs, ces effets pourraient être observés avec d'autres aliments riches en flavanols comme les raisins, les baies ou les pommes.

Mais il me semble que c’est la saison du chocolat non ?

On va enfin pouvoir dormir tranquille car on sait enfin à quoi ressemblait l'anus des dinosaures

Il est rare de pouvoir observer quelque chose de mou et charnu sur des animaux disparus, il y a 66 millions d'années.

Mais on en sait maintenant plus, grâce au fossile d'un dinosaure à corne décrit dans une étude publiée cet automne. Ce dinosaure, qui vivait il y a plus de 100 millions d'années avait la taille d'un labrador, marchait sur deux pattes et était doté d'un bec rappelant celui des perroquets, d'une corne évasée sur chaque joue et d'une touffe de poils ressemblant à des plumes sur la queue. Et il  possédait un anus semblable à celui des crocodiles.

Et ce fossile était très complet !

Il comprend des morceaux de peau, des écailles, ainsi que les poils ornementaux de la queue. Sur le fossile, juste sous la queue, le trou en question apparaît sous la forme d'une "zone ovoïde noirâtre et marbrée", ce qui correspond à un "cloaque". Ce seul orifice leur sert à la fois à se reproduire, à uriner et à déféquer.

Les dinosaures d'aujourd'hui (les oiseaux !) possèdent un cloaque. 

Les paléontologues se demandent maintenant comment les dinosaures pouvaient pratiquer le coït avec ces grandes queues épaisses qui devaient se mettre en travers du chemin. 

L'équipe
Contact