Fabienne Chauvière reçoit Marcel Hibert pharmaco-chimiste.

Oui, vous avez bien entendu. Marcel Hibert , professeur de chimie organique, s’intéresse à l’amour, aux mécanismes de l’amour… Une grande partie de son travail se concentre autour d’une molécule,-une simple molécule-, qui serait à l’origine de nos sentiments, et même de nos vertus. Son nom : l’ocytocine. Le philtre d’amour de Tristan et Yseult n’est pas loin. Car ceux qui boiront de l’ocytocine, si un jour cela est rendu possible, pourraient en venir à aimer de tous leurs sens et de toute leur pensée.

L'ocytocine
L'ocytocine © Radio France

Marcel Hibert , donc, travaille sur les mécanismes de l’amour, entre autres, et cela semble le rendre très heureux. Beaucoup de chaleur émane de cet homme souriant, barbu et coiffé d’un petit chignon.

Avant de rejoindre l’université de Strasbourg, ce chercheur atypique, était dans le monde de l’industrie. Mais il y a 15 ans, il a fait un choix de vie, au détriment de son compte en banque. C’est à Strasbourg, dans le laboratoire d’innovation thérapeutique qu’il dirige qu’il peut le mieux marier recherche, éthique, et relations humaines de qualité.

Marcel Hibert est par ailleurs le directeur de la chimiothèque nationale, un organisme qui regroupe une collection unique de molécules, et qu’il a créé en 2003.

Portrait aujourd’hui d’un chimiste pour qui les philosophes et les poètes sont des aides précieuses dans le cadre de son activité de chercheur.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.