Les physiciens Thibault Damour et Alain Brillet ont reçu la médaille d’or du CNRS cette année pour leur découverte en 2015.

Illustration de deux trous noirs en orbite autour d'un disque d'accrétion qui vont fusionner, et produiront des ondes gravitationnelles.
Illustration de deux trous noirs en orbite autour d'un disque d'accrétion qui vont fusionner, et produiront des ondes gravitationnelles. © Getty / MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Depuis 1954, le CNRS décerne tous les ans une médaille d’or, qui récompense l’excellence de travaux de chercheurs. Parmi les précédents médaillés d’or, on compte vingt-et-un lauréats du prix Nobel et douze de la Médaille Fields.

Deux scientifiques se partagent la médaille d’or du CNRS cette année : les physiciens Thibault Damour et Alain Brillet.

Ondes gravitationnelles

Ils ont contribué à la détection d’un événement qui ouvre une vertigineuse fenêtre sur l’Univers. Pour la première fois, en septembre 2015, on a pu mesurer le passage d’ondes gravitationnelles sur Terre.

Thibault Damour est un spécialiste des trous noirs et du rayonnement gravitationnel. Ses travaux ont été déterminants dans l'analyse des données des détecteurs de ces ondes.

Ligo et Virgo

Pour comprendre que ces ondes gravitationnelles sont là, il faut des instruments. Gigantesques et précis à la fois. En septembre dernier, le détecteur américain Ligo et le détecteur franco-italien Virgo ont reçu le même signal. 

Alain Brillet, physicien, second lauréat de la médaille d’or du CNRS, est un des pères de l'instrument Virgo, Il a réussi à le construire après 20 ans de recherches.

Alain Brillet est un expérimentateur, Thibault Damour est un théoricien. 

Dès les années 80, Thibault Damour prouvait la réalité des ondes gravitationnelles par l'étude théorique des pulsars binaires.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.