Un patch pour détecter les mauvaises odeurs corporelles, une hormone qui pourrait faire repousser les membres, l'étonnante organisation des fourmis... et l'an 536 : pourquoi était-il particulier ?

Quand les odeurs corporelles deviennent trop insistantes
Quand les odeurs corporelles deviennent trop insistantes © Mixa

Le patch qui détecte les mauvaises odeurs corporelles est dans les laboratoires 

Ceux qui sentent… un peu fort en fin de journée ne s’en rendent pas toujours bien compte… Une grande marque de produits d’hygiène propose un nouveau produit. Un patch souple muni d’une puce, que l’on colle sur la peau et qui détecte les odeurs gênantes. Et ce gadget  est issu de recherches complexes, qui ont été menées à l’Université de Manchester.

Il y a huit types de capteurs sur chaque patch, chacun réagit à une classe de composés chimiques… car la mauvaise odeur vient d’un mélange de substances… C'est là où intervient la performance du dispositif : réagir au cocktail qui caractérise une mauvaise odeur. Cette technologie pourrait résoudre d'autres problèmes comme détecter les aliments périmés. Un prototype et des essais sont prévus en début d’année. Il n’y aura pas encore de patchs sous le sapin cette année… ni sous les bras donc !

Des chercheurs ont réussi à faire repousser un membre

Sur une grenouille… mais tous les espoirs sont permis ! Des chercheurs de l’université de Tufts, près de Boston, ont eu l’idée de traiter les grenouilles amputées avec de la progestérone. La progestérone est une hormone sexuelle féminine qui  possède aussi des capacités de régénération. Cette hormone peut déclencher la repousse des vaisseaux sanguins et des os.  

Le dispositif mis au point par l'université comprenait une petite boîte avec un hydrogel contenant de la progestérone, qui est délivrée pendant 24 heures. Ce bref traitement de 24 heures a donc déclenché un programme de croissance et de remodelage tissulaire qui a favorisé un long processus de régénération. Les grenouilles traitées ont formé une sorte de patte plate, avec des os, des nerfs et des vaisseaux sanguins. 

Un premier pas, si je peux me permettre, pour le traitement des humains…
 

Les fourmis nous en apprennent toujours plus : on sait comment elles évitent les épidémies

Nous devrions peut être nous en inspirer… Dans une colonie de fourmis, les plus jeunes s’occupent de la couvée et les ouvrières vont chercher de la nourriture à l’extérieur, où elles peuvent attraper des maladies. Mais que se passe-t-il lorsqu’elles rentrent à la maison ? Une équipe de chercheurs de l’Institut de Science et de Technologie d’Autriche et de l’Université de Lausanne ont placé des marqueurs sur des milliers de fourmis, dans vingt-deux colonies.

10 % des ouvrières ont été exposées à des virus : eh bien les fourmis détectent rapidement la présence des agents pathogènes. Les contacts sont alors réduits. Les ouvrières interagissent beaucoup moins avec le reste de la colonie. Les infirmières protègent davantage la reine, la seule à pouvoir se reproduire. Toutes les reines étaient encore en vie à la fin de l’expérience. 

Et à l’approche de la nouvelle année… on sait quelle a été la pire année pour les humains

Il ne faisait pas bon vivre en 536. En 536, un bouleversement climatique a engendré des famines, et contribué à l'éclosion d’épidémies. En cause, une éruption volcanique.  

En combinant des écrits de l’époque avec des études sur la croissance d’arbres, des chercheurs européens et américains ont mis en évidence un refroidissement important au VIe siècle. À l'été 536, les températures moyennes auraient diminué de plus de deux degrés, des récoltes auraient été perdues. L’Europe a ensuite dû affronter une épidémie de peste, qui aurait tué entre le tiers et la moitié de la population. Une carotte prélevée dans un glacier suisse a montré qu’au printemps 536, du verre volcanique fait son apparition avec du soufre et du bismuth. 

Les chercheurs ont relié ces particules à des roches volcaniques islandaises. Mais ils ont besoin de plus d’indices pour déterminer quel volcan a pu faire ainsi de l’ombre à l’Europe et à l’Asie pendant dix-huit mois.  

Programmation musicale
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.