On plonge ce matin dans les océans profonds, des zones qui ne sont accessibles que depuis peu de temps aux scientifiques.

Plongée dans les profondeurs des océans
Plongée dans les profondeurs des océans © Getty / PhotoStock-Israel

Que se passe-t-il à 1000, 2000 ou 10 000 mètres sous le niveau de la mer ? On commence à mieux le comprendre grâce à des observatoires sous-marins. Les fonds sous marins représentent  70% de la surface du globe, et ce n’est que dans les années 1970, grâce à des submersibles, que l’ on commence à découvrir le paysage des abysses

Pierre-Marie Sarradin est responsable de l’unité de recherche « Étude des écosystèmes profonds » à l’IFREMER. Il a plongé avec des sous- marins habités et a observé les lieux, grâce à des robots. Mathilde Cannat, directrice de recherches CNRS à l’Institut de Physique du globe de Paris, co- signe avec le chercheur un article très intéressant consacré aux observatoires sous marins sur le site the Conversation. Mathilde Cannat est elle une spécialiste non pas des écosystèmes, mais des fonds.

On a donc commencé à découvrir les grands fonds, grâce à des submersibles, mais une campagne avec un sous-marin ne dure pas très longtemps. C'est il y a dix ans que les premiers observatoires sous-marins ont été installés. La France a développé,  grâce à des financements européens, au large des Açores, un observatoire pour étudier un champ hydrothermal. 

Qu’est-ce que les chercheurs en attendent ?

Ils ont commencé à comprendre ce qui se passe aux abords de zones volcaniques. Il y a des roches brûlantes, l’eau peut atteindre les 300 degrés. Une faune s’est développée. Mais il y a également des dépôts, riches en fer, cuivre et zinc, qui pourraient être exploités.

Et est-ce que les fonds sous marins sont impactés par les activités humaines ? Oui, même à des milliers de mètres sous le niveau de la mer, on retrouve… des micro-plastiques et des polluants.

L'équipe
Contact