Incroyable ! C’est ce que peuvent parcourir certains manchots.

Manchot Empereur
Manchot Empereur © Getty / David Tipling

Chaque année, les manchots Gorfou du Fiordland quittent la Nouvelle-Zélande pour aller chercher de la nourriture. Pour savoir où ils vont, vingt ont été suivis avec des balises Argos. Les résultats ont tant étonné les scientifiques qu’ils ont cru à une erreur dans les  données : Les manchots sont allés vers l'Antarctique, puis sont revenus en Nouvelle-Zélande. Une femelle a parcouru 6.801 kilomètres en 67 jours. Un mâle a nagé 5.597 kilomètres.

Pourquoi si loin ?

On ne comprend pas pourquoi ces manchots vont si loin, car les côtes néo-zélandaises grouillent de poissons. Les scientifiques ont besoin de continuer leurs travaux  et cherchent  des financements internationaux. Pour eux, les manchots, dont l’espèce est menacée, n'appartiennent pas aux Néo-Zélandais, toute l'humanité en est responsable.

Il y aurait un rapport entre les rides du front et la santé

D'après une nouvelle étude française, plus les rides de votre front sont importantes, plus vous risquez de mourir d'un problème cardiovasculaire.

Le corps médical pense déjà que la calvitie peut être liée à la santé cardiovasculaire. Une étude de l'université du CHU et de l'Inserm de Toulouse, présentée lors d’un congrès de cardiologie à Munich, s’est intéressée aux rides du front.

L’étude a porté sur plus de 3.000 volontaires. Les chercheurs ont noté le nombre de rides sur leur front et leur profondeur et ces volontaires ont été suivis pendant… 19 ans et demi. Et bien les 233 personnes qui sont décédées  à cause d’un problème cardiovasculaire pendant cette période avaient de grosses rides profondes.

La formation des rides pourrait être un signe de stress et d'altération du collagène, qui influencent aussi l'athérosclérose. Les vaisseaux du front sont peut être plus sensibles : les rides seraient donc un signe d’alerte !

Moins anxiogène que les rides : on sait enfin comment couper en deux des spaghettis

Si vous faites la cuisine vous le savez : quand on casse les spaghettis, ils se retrouvent au moins en 3 morceaux… et ce problème est plus important que vous ne le croyez…

Le spaghetto intéresse les scientifiques depuis près de 100 ans. En 2005, des physiciens français ont compris que quand une tige est pliée, il y a une cassure unique, mais elle génère des ondes élastiques qui déclenchent de nouvelles ruptures. 

Deux étudiants du Massachusetts Institute of Technology ont approfondi cette étude. Et ils ont trouvé que pour casser un spaghetti en deux, il faut d'abord le tourner sur lui-même à presque 360° puis le plier doucement. La torsion évite l'effet des ondes élastiques repérées par les Français.

Cette découverte a un impact sur les tiges de plusieurs matériaux, et peut aider à comprendre le degré exact de torsion nécessaire pour avoir une brisure nette. Un détail : il est sacrilège pour les Italiens de couper les pâtes avant la cuisson… et même après.

Les images et les graphiques sont à voir ici sur le site du MIT.

Après les pâtes, le fromage ! Du très vieux fromage retrouvé dans Egypte

À plus de 3000 ans d'âge, il n'est par contre plus consommable.

Il y a quelques années, une équipe d’archéologues qui exploraient une tombe égyptienne ont trouvé des jarres brisées. Une contenait une mystérieuse substance blanche. On vient enfin d’avoir le résultat des analyses : il s’agit de l’un des plus vieux morceaux de fromage découvert, et ce fromage a 3.200 ans.

La tombe d’où provident ce fromage était celle d’un militaire de haut rang du XIIIème siècle avant Jésus-Christ. Ce fromage a été analysé par un spécialiste des fromages. Il pense qu’il devait être à cette époque très acide et plutôt amer…

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.