Partout dans le monde, les échouages de baleines semblent se multiplier. Cela fait longtemps que les scientifiques ont établi un lien entre les sonars militaires et les échouages de baleines.

Une baleine à bosse à Monterey Bay, en Californie
Une baleine à bosse à Monterey Bay, en Californie © Getty

Des chercheurs de Las Palmas en Espagne pensent que les baleines échouées seraient victimes d'accidents de décompression provoqués par la peur. 

"En présence d'un sonar, les baleines nagent très vite pour s'en éloigner", leur rythme cardiaque s'accélère et l'accident de décompression survient. Paralysées de douleur, les baleines viennent alors s'échouer sur les plages. Ce scénario a été confirmé : on a retrouvé des bulles  d'azote dans les veines de ces baleines ainsi que des caillots de sang dans plusieurs de leurs organes.

Les chercheurs demandent l’interdiction des exercices militaires dans les régions du globe les plus touchées par les échouages massifs de baleines.  

Une machine va permettre de communiquer par la pensée

Et aussi  faire parler des gens qui ne peuvent plus parler.

Une  intelligence artificielle qui traduit les signaux électriques du cerveau en paroles a été mis au point par une équipe de neuro-ingénieurs américains. Des électrodes ont été implantées chez des patients à qui on a lu une histoire. Les signaux reçus par le cerveau ont été enregistrés. Une intelligence artificielle a comparé les signaux enregistrés avec les textes, et a pu en restituer une partie. Une machine formée à comprendre les ondes cérébrales, pourrait donc retranscrire des mots. 

Ces recherches n’en sont qu’à leurs débuts, mais des personnes incapables de s’exprimer oralement pourraient, à terme, de nouveau communiquer avec le monde extérieur. On ne va plus pouvoir mentir...

La fonte des glaciers dans l’Arctique révèle des paysages enfouis depuis des millénaires

C’est comme une machine à remonter le temps… qui fait froid dans le dos

Les glaciers de l’île de Baffin, dans l’extrême arctique canadien, sont en train de fondre à un rythme accéléré. Et ils  dévoilent des plantes, congelées depuis des milliers d’années. C’est un très très vieux paysage qui s’offre aux yeux des scientifiques. 

Des chercheurs de l’université du Colorado ont pu déterminer que ces végétaux étaient enfouis sous la glace depuis probablement 115 000 ans et qu’ils ont connu un climat similaire à celui d'aujourd’hui. Une reconstitution du paléoclimat de l'île de Baffin montre que la région subit actuellement son siècle le plus chaud depuis cette époque. L’Arctique se réchauffe actuellement deux à trois fois plus vite que le reste du globe, et ce réchauffement est dû cette fois aux activités humaines.

Une découverte qui va intéresser ceux qui aiment le chocolat chaud : mieux vaut le boire dans une tasse d’une certaine couleur. 

Car on  mange et on boit beaucoup avec nos yeux.

Lorsque l'on mange, le goût n'est pas le seul sens à être sollicité. La saveur passe beaucoup par l’odorat, et les yeux mettent en appétit. Par  exemple, une boisson paraît plus rafraîchissante si elle est servie dans un verre bleu plutôt que dans un verre rouge.

Un scientifique espagnol et un scientifique anglais sûrement amateurs de chocolat chaud, ont voulu savoir dans quoi ce breuvage était le meilleur. Des dizaines de volontaires ont testé quatre échantillons de chocolat chaud, chacun dans un gobelet de couleur différente. 

Il parait que le chocolat des gobelets orange et crème avait bien meilleur goût que celui des deux autres. Il va peut-être falloir revoir la vaisselle du petit-déjeuner !

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.