Nous portons sous notre crâne, 100 milliards de neurones ! Le cerveau se livre depuis peu aux scientifiques; jusqu'au milieu du siècle dernier, il était impossible d’étudier celui de personnes vivantes. Laurent Cohen, neurologue, nous raconte toutes les découvertes de l'exploration du cerveau au fil des années.

Vue latérale du cerveau humain montrant le cortex cérébral, le pont, le bulbe rachidien, le cervelet et la moelle épinière.
Vue latérale du cerveau humain montrant le cortex cérébral, le pont, le bulbe rachidien, le cervelet et la moelle épinière. © Getty / Matt Wimsatt

Laurent Cohen,  professeur de neurologie à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris, va nous décrire les cartes du cerveau : elles ont été établies bien avant que les technologies ne permettent de voir quelles sont, quand on lit, quand on compte ou quand on lève le bras, les zones du cerveau qui s’activent.

Mais dans les années 60, une découverte bouleverse la vision que les scientifiques ont du cerveau humain : on comprend que les neurones communiquent grâce à des signaux électro-chimiques, ce qui permet de l’ étudier avec de nouveaux moyens technologiques.

Les neurologues commencent par ailleurs à avoir une vision moins technique de cet organe qui est le siège de nos pensées. 

C’est à cette époque qu’apparait le terme de « Neuropsychologie cognitive »

Une grande étendue de notre cerveau sert à la reconnaissance des objets, des lieux, des visages ou des mots, on le sait grâce à une technologie révolutionnaire, l'imagerie cérébrale, qui est  apparue il y a un peu plus de 30 ans, et qui permet aux neurologues comme Laurent Cohen, d’avoir accès à des cerveaux en activité. 

Mais le cerveau est un organe qui reste très mal connu par les chercheurs. L’intelligence ou la mémoire n’y sont pas gravés, et il est difficile d’imaginer que l’on pourra un jour mettre à nu la pensée d’un individu. La science a quand même fait de beaux progrès depuis les années 70. 

« Les Savanturiers » se déclinent en livre ! 

Vous pouvez retrouver les chercheurs de cette série d’été dans l’ouvrage paru chez Flammarion : 

« Les grandes épopées qui ont fait la science » sous la direction de Fabienne Chauvière. C’est une co-édition France Inter/Flammarion

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.