Et en particulier celle de l’homme de Neandertal.

Reconstruction de l'environnement d'un homme de Neandertal au milieu du Paléolithique dans le Musée préhistorique de Quinson, le 29 mai 2001.
Reconstruction de l'environnement d'un homme de Neandertal au milieu du Paléolithique dans le Musée préhistorique de Quinson, le 29 mai 2001. © Getty / Xavier ROSSI / Gamma-Rapho

Sur  le site des Pradelles en Charente, des archéologues ont découvert des dents humaines. Selon les chercheurs, ces dents sont passées par le tube digestif de grands carnivores comme l’hyène des cavernes. Elles ont subi l’attaque de sucs gastriques.

Le site dont proviennent les dents servait de « boucherie » pour les Hommes de Néandertal. Les Hommes y apportaient les carcasses de rennes. Mais les rennes n'étaient pas les seuls à passer à la découpe : les Néandertaliens anthropophages y apportaient probablement certains de leurs contemporains pour les traiter comme les autres animaux. Les carnivores arrivaient alors et "charognaient" ce que les hommes laissaient. Le site a livré plus d'une quinzaine de dents digérées

Dans le reste de l'actualité scientifique

  • Le cochon le plus laid du monde vit en Indonésie et des chercheurs ont réussi à le photographier

  Il est très moche, mais son espèce est classée « en danger » par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ce cochon, c’est le  porc verruqueux de Java, plein de  grosses verrues  qui apparaissent au-dessus du groin des mâles.

Pour la première fois donc on lui a tiré le portrait, grâce à des appareils photos à déclenchement automatique. L'objectif des scientifiques était de mieux connaitre la démographie de cette espèce très menacée. Jusqu’à ces photos, les chercheurs pensaient même que le porc verruqueux de Java avait totalement disparu.

  • Au lendemain de la défaite de leur équipe préférée, les supporters déçus ont tendance à manger plus calorique

Et lorsque leur club favori s'impose, les supporters mangent plus sain. Cette étonnante étude qui vient d’être publiée a été menée par deux chercheurs de l'Institut européen d'administration des affaires de Fontainebleau. Ils ont suivi  716 américains. Quand leur club perdait, ils avalaient le lendemain beaucoup plus de graisses saturées et de calories que d’habitude.

Selon les chercheurs, la défaite est vécue comme une perte d'identité, et génère du stress. Du coup, le corps a besoin d'énergie. Une autre expérience a été menée avec des Français. Les fans des équipes perdantes se ruent sur les  chips et les sucreries tandis que ceux des équipes gagnantes  préfèrent les fruits.

Moralité : pour garder la ligne, mieux vaut soutenir une équipe qui gagne !

  • On a beaucoup parlé de la Tesla envoyée dans l’espace… une fusée Néo-Zélandaise avait, elle aussi, un drôle de passager

Lors de son vol d'essai le 21 janvier dernier, elle emportait une boule à facettes réfléchissante, visible à l'œil nu depuis le sol. 

Les Néo-Zélandais viennent d’inventer le support publicitaire céleste. Une fausse étoile qui tournera 9 mois au-dessus de nos têtes… juste pour faire parler d’elle.

Il s’agit d’une structure sphérique d'environ un mètre de diamètre, avec 65 facettes. L'engin est visible depuis pratiquement partout. Le site de la société permet même de savoir quand l'observer au-dessus de chez soi.

La communauté scientifique n’apprécie pas beaucoup. « Super : un graffiti spatial volontaire, lumineux et à longue durée de vie », a commenté un astronome qui évoque par ailleurs l'accumulation de débris en orbite.

Cette boule à facettes ne sera jamais aussi magique que les constellations que l’on peut observer par une belle nuit sans Lune, et loin de la pollution lumineuse des villes….

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.