On en a déjà parlé, mais les études se précisent. Il y a une technique.

On peut réutiliser les masques jetables
On peut réutiliser les masques jetables © Getty

Un groupe de chercheurs français, de l’initiative bénévole "Adios Corona", a analysé les publications scientifiques et est arrivé à la conclusion qu’il suffirait d’utiliser des enveloppes pour éliminer toute trace éventuelle de coronavirus sur un masque déjà porté.

Cette technique aurait le triple avantage d'être sûre pour la santé dans la majorité des cas, économique et surtout plus respectueuse de l'environnement : ces masques sont une catastrophe, ils finissent sous forme de micro-plastiques.

Les chercheurs ont calculé que si chaque personne en France utilisait un masque à usage unique par jour pendant un an, cela créerait environ 100 000 tonnes de déchets non recyclables. Avec la réutilisation, un foyer de 2 à 3 personnes n'aurait besoin que d'une seule boîte de 50 masques par an. 

Voici la technique des enveloppes : on glisse son masque déjà porté dans une enveloppe en papier et on le laisse 7 jours avant de le reprendre. L’idéal, des enveloppes en  papier kraft dont la face est très absorbante, surtout pas de sacs en plastique.

Un masque taché doit être jeté. La saleté protège le virus. Attention, laver un masque chirurgical ou le désinfecter à l'alcool réduit son efficacité. Les chercheurs rappellent qu'il ne faut pas non plus stocker un masque au froid, puisque le coronavirus survit longtemps à 4°C et plus encore à -18°C. 

Si l'on est soigneux, on peut  recycler les masques 20 ou 30 fois. 

Et on ne réutilise que ses propres masques : pour que cette méthode des enveloppes soit validée officiellement, il faudrait tester tous les masques chirurgicaux - il en existe de nombreux types. Le microbiologiste Denis Corpet, un des chercheurs qui a effectué l’étude, espère qu'il y aura plus de recherche effectuée sur les masques afin de confirmer cette méthode.

  • Pour aller plus loin :

Le site de l'initiative Adios Corona : www.adioscorona.org

Les consommateurs font changer le monde : le premier œuf vegan arrive 

L’œuf est l’un des aliments les plus consommés au monde. Chaque année en moyenne, un être humain en consomme 145. Pour mettre au point son œuf, la société Indienne Evo Food qui vient de présenter sa dernière innovation utilise des  protéines de légumes. 

Selon la start-up, son œuf est plus moelleux que les œufs classiques. Lancement prévu aux  États-Unis en 2021.

On va aussi voir du fromage sans lait : le fromager Bel a annoncé cette semaine qu’il va mettre sur le marché des fromages particuliers. 

Un Boursin 100% végétal - à base de matières grasses issues de la noix de coco et du colza - sera vendu à compter de la fin du mois aux Etats-Unis On va aussi voir apparaître un mini Babybel Végétal.

Il devrait y avoir à terme une offre végétale pour chacune des marques du groupe.

Les chiens sont-ils attirés par les visages ?

Quand un chien plante ses yeux dans les vôtres, on a le sentiment qu’une communication s’établit. 

Mais le cerveau des chiens peut-il analyser les visages comme nous le faisons ? Des chercheurs hongrois ont entraîné 20 chiens à rester immobiles dans des IRM, on leur faisait regarder un écran pour comprendre ce qui se passe dans leur cerveau.

Les scientifiques leur ont présenté de courtes vidéos qui révélaient soit l’avant ou l’arrière d’une tête humaine. Les visages montrés avaient une expression. Aucune zone cérébrale ne s’est davantage activée lors de la visualisation d’un visage humain par rapport à l’arrière de son crâne.

L’étude n’a trouvé aucune zone cérébrale chez les chiens capable de coder si l’image vue est un visage ou l’arrière d’un crâne, alors que chez les humains, il s’agit d’une distinction cruciale.

Des recherches antérieures ont évidemment démontré que les chiens reconnaissent et aiment leurs propriétaires. Conclusion : votre chien vous aime quelle que soit votre apparence !

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.