Un mystérieux continent pourrait être caché sous la surface de Mars. En calculant l'épaisseur de la croûte martienne, une équipe de planétologues français et américains, du laboratoire de géoscience de Saclay, émet l'hypothèse qu’un véritable continent primitif pourrait être tapi sous la surface de Mars.

Illustration informatique comparant la taille de Mars (à gauche) à celle de la Terre.
Illustration informatique comparant la taille de Mars (à gauche) à celle de la Terre. © Getty / MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Comment les scientifiques ont-ils procédé ?

Ils ont simulé, sur ordinateur, la géologie de Mars. Et ils ont détecté une drôle d’anomalie : une "petite" zone de la croûte de notre voisine est plus épaisse d’environ 10 kilomètres. Ce bloc grand comme une fois et demie l'Europe présente des propriétés semblables à la croûte continentale terrestre. Cela fait penser aux chercheurs  u’il y a sans doute un continent caché. On se demande bien sûr ce que peut bien être ce continent. 

La vie prospère autour de Fukushima

On savait déjà que dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, en l’absence de l’Homme, les loups, sangliers, visons, chevaux, ou loutres se sont très bien installés. Un biologiste américain a mené une enquête dans la région de Fukushima, où il y a eu l’ accident nucléaire en 2011. La vie animale y a aussi repris ses droits.

Le chercheur a placé des dizaines de pièges photographiques notamment dans la zone où il n’y a pas d’humains à cause du risque de contamination. Il a répertorié plus de 20 espèces : des sangliers, mais aussi des lièvres japonais, de macaques, de faisans ou de renards. Et les animaux ont des comportements normaux.

Le lait d’amandes, terrible arme meurtrière pour les abeilles

Aux États-Unis, l'industrie de l'amande connaît une très forte croissance. De gigantesques vergers d'amandiers sortent de terre, notamment en Californie. Et sur ces cultures, on déverse beaucoup de pesticides. L’hiver dernier, cinquante milliards d'abeilles qui assuraient la pollinisation des sites ont été anéanties en quelques mois

Un taux de mortalité dû aux pesticides ? C’est ce que pensent les scientifiques. La Californie fournit près de 80% de l'approvisionnement mondial en amandes. Chaque année, près de 16 millions de kilos de pesticides sont déversés sur les exploitations, plus que pour n'importe quelle autre culture.

La pollinisation des amandes est aussi  très exigeante pour les abeilles. On les fait travailler deux mois plus tôt que dans la nature, alors qu’elles sont censées être plongées dans leur sommeil hivernal. Pour les biologistes, les vergers d'amandiers sont un véritable abattoir à abeilles.

La température moyenne du corps n’est plus de 37°

On entend depuis toujours que la température normale du corps est de 37° Celsius, mais il semblerait qu’on se trompe ! Cette mesure, déterminée en 1851, date un peu. L'École de médecine de l'université américaine de Stanford a mené l’enquête. Les scientifiques ont réussi à retrouver les températures corporelles de milliers de vétérans de la guerre de Sécession. D’autres données ont été récoltées jusqu’en 2017. Au total, l'équipe a analysé près de 700 000 mesures de température.

Et donc on est moins… chauds. Selon l'étude,  la température normale d'un corps sain en 2020 est d’environ 36,6°C. En moyenne, la température corporelle a baissé de 0,03°C par décennie. Ce déclin est également visible entre les années 60 et aujourd'hui.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.