Et c’est l’occasion de faire le point sur nos forêts françaises, qui ne seront plus jamais comme avant, avec Brigitte Musch, responsable du Conservatoire Génétique des Arbres Forestiers, à Office National des forêts.

La journée internationale des forêts, c’est demain 21 mars.
La journée internationale des forêts, c’est demain 21 mars. © Getty / Feifei Cui-Paoluzzo

La santé des forêts françaises se dégrade. La cause ? Des saisons trop sèches, trop chaudes. Certaines essences qui font aujourd’hui pleinement partie de notre paysage résisteront mal à l’accélération du changement climatique. Des centaines de milliers d’hectares de forêts sont déjà touchés. 500 000, rien que pour la forêt publique.

Ce n’est pas une bonne nouvelle

Non, et j’ajoute que les arbres qui, jusqu’en l’an 2000, profitaient des apports de CO2 grandissent aujourd’hui moins vite qu’il y a 30 ans. Mais tout n’est pas perdu !

Grâce aux chercheurs ?

En partie. Des expériences de migrations forcées sont faites, et on en attend le résultat. La migration forcée ? On prend des spécimens sur des terres arides, et on essaie de les implanter dans des forêts où il y a déjà la même espèce, pour que les gènes se mélangent.

L’ONF travaille aussi sur des transferts d’espèces issues de régions du sud, vers le nord. La forêt a aujourd’hui besoin des hommes. Vous l’avez compris, la forêt telle qu’elle existe depuis des siècles, c’est terminé.

La journée internationale des forêts doit permettre entre autres au public de mieux connaître cet environnement complexe. L’ONF a prévu pas mal d’animations, dans toute la France, mais les restrictions sanitaires ne vont pas permettre à tout le monde d’en profiter.

Pour en savoir plus sur la Journée internationale des forêts, cliquez ici

L'équipe
Contact