Fabienne Chauvière reçoit le Professeur Jean-François Mattéi.

Génétique
Génétique © Radio France

Il s’est engagé dans la politique, il y a bien longtemps, et était notre ministre de la santé, il y a 10 ans, alors que Jacques Chirac était notre président.

Il s’est engagé il y a peut-être plus longtemps encore dans une réflexion sur l’éthique, le corps, et ce qui fait notre identité.

Il s’est engagé avec passion dans ses recherches : une quarantaine d’années dédiées à la génétique médicale. A ses côtés son épouse, Marie Geneviève.

Il s’est engagé dans l’humanitaire : près de 9 années à la tête de la Croix Rouge, avec aujourd’hui le projet d’une fondation pour préparer l’humanitaire de demain.

Jean François Mattéi est un homme posé aux convictions fortes on s’en doute, qui doit sa remarquable carrière en partie au hasard d’une rencontre : celle qu’il a eue avec le professeur Francis Giraud, qui avait perçu l’avenir de la génétique médicale, à la fin des années 60, et l’a encouragé à poursuivre dans cette voie.

Lorsque Jean François Mattéi a choisi de travailler dans le domaine de la génétique, le décryptage du génome était un mythe, la thérapie génique un rêve de sorcier. Bref, le domaine était largement inexploré.

On sait aujourd’hui comment la génétique a marqué la seconde moitié du 20e siècle. Mais on sait aussi que tout n’est pas dans les gènes, et que le rôle de l’environnement est très important.

Une question obsède Jean François Mattéi : la qualité d’une personne humaine dépend-elle vraiment de la qualité de ses gènes ?

Cette réflexion, il la propose aujourd’hui dans le dernier livre qu’il signe avec Israël Nisand, et qui fait un tabac « où va l’humanité » paru aux éditions les liens qui libèrent.

Rencontre ce soir avec un généticien qui veut s’élever contre le généticisme ambiant.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.