Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology ont réussi à modifié des plantes afin que leurs feuilles brillent dans la nuit.

Rue piétonne illuminée
Rue piétonne illuminée © Getty / Max Ryazanov

Les chercheurs ont exploité les propriétés de la  molécule qui fait briller les lucioles, la luciférine, et de l’enzyme qui la fait réagir. Ils  ont utilisé des nanoparticules pour transporter chaque composant : Les plantes sont immergées dans une solution contenant les particules. Une fois dans les feuilles, la luciférine va entrer dans les cellules et émettre de la lumière.

Les scientifiques sont parvenus à faire briller une plante pendant 45 minutes… mais elle n’a produit que un millième de la quantité de lumière nécessaire pour lire.
Ces plantes lumineuses ont un côté très poétique.

Dans le reste de l'actualité scientifique

  • On a retrouvé des tiques vieilles de 99 millions d’années.

Des fragments de plumes de dinosaures et des tiques ont été découverts piégés dans de l'ambre fossile ayant plus de 99 millions d’années.  Cette découverte, publiée par une équipe internationale va certainement en faire rêver quelques uns. Malheureusement,  l'ADN ne se conserve pas sur une si grande durée...

La tique a été surnommée  « tique terrible de Dracula »  et l'espèce de dinosaures qu’elle  parasitait n'a pas pu été identifiée. Un  fragment d'ambre contient même un spécimen cette tique terrible gorgée de sang avant de se faire piéger dans la résine. Malheureusement, ce sang a été remplacé par des infiltrations qui se sont minéralisées.

  • Le cerveau d’un homme est-il le même que celui d’une femme ?  Le sujet commence à être mieux connu.

Des espagnols et des français ont réalisé une vaste étude et comparé près de 3.000 IRM et des chercheurs du CNRS, de l'université de Bordeaux et de l'université de Valence en Espagne ont étudié des images de cerveaux à tous les âges de la vie, pour mieux  comprendre les évolutions au fil du temps.

Qu’ont-ils découvert ? Une augmentation de la matière grise entre 1 et 10 ans, puis une diminution.  Ces travaux ont aussi révélé des différences dans le développement du cerveau de l’homme et celui de la femme : le cerveau des femmes arriverait à maturité avant celui des hommes ; d'autre part, après 80 ans, le cerveau masculin subit une atrophie plus rapide que celui des femmes...

  • Notre alimentation influe sur notre humeur et notre niveau de stress de manière différente que l’on soit un adulte de plus ou de moins de 30 ans.

On s'en doutait, la science  le prouve : l'humeur dépend de ce que l'on mange. Mais ce travail mené par les chercheurs de l'université de Binghamton à New York montre que nos habitudes alimentaires affectent notre moral et notre niveau de stress de manière différente si on a  plus ou moins de 30 ans.

Avant 30 ans, consommer de la viande et pratiquer une activité physique favorisent la concentration de sérotonine et la dopamine, c’est bon pour le cerveau. Après 30 ans, notre humeur est en revanche améliorée par la consommation d'aliments comme les fruits et légumes, et diminuée par les aliments augmentant le stress comme le café, les farines blanches, les pâtisseries... 

Sauter le petit déjeuner serait mauvais Bon appétit donc…  avec  des fruits et si possible sans croissants.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.