A la rencontre de Pierre-Marie Lledo, un neuroptimiste qui raconte le cerveau comme personne. Avant cela, focus sur les vignes qui souffrent du réchauffement climatique…

Le cerveau, comme vous n'en avez encore jamais entendu parler
Le cerveau, comme vous n'en avez encore jamais entendu parler © Getty / PM Images

Comment lutter dans les vignes contre le gel tardif ?

Le gel printanier a réduit, parfois à néant, les espoirs de nombreux vignerons pour la récolte 2017.

A la fin du mois d’avril, certaines régions ont subi cinq nuits de gel. Avec des résultats désolants.

Toutes les appellations de Bordeaux ont été fortement touchées. Il y a 20% de perte pour les champagnes, la Bourgogne du nord a été très impactée

C’est paradoxal : les vignes souffrent du gel à cause du réchauffement climatique.

Les viticulteurs ont quelques outils pour prévenir ces épisodes de froid tardifs, mais ils coûtent cher… On fait le point avec Guillaume Lapaque directeur de la fédération des vignerons de Touraine, ou des centaines d’hectares ont été brûlés par le froid.

Des cerveaux jeunes jusqu’au dernier jour

Pierre- Marie Lledo rêvait d’être footballeur. Il est devenu un neurologue très connu. Il est directeur de recherches au CNRS et à l’Institut Pasteur, où il est chef de l’unité perception et mémoire.

Le cerveau, siège de tous nos sens, de notre mémoire et de notre pensée est un organe qui est resté longtemps très opaque aux yeux des scientifiques. Mais il commence à se livrer. Pierre Marie Lledo a fait, par exemple, avec d’autres chercheurs, une découverte très surprenante il y a quelques années : Le cerveau, contrairement à ce que l’on pensait… se régénère…. Chaque jour, de nouveaux neurones qui ne demandent qu’à grandir apparaissent. Le cerveau pourrait ainsi être le seul organe humain à échapper à la fuite du temps, à condition d’être stimulé. Pierre-Marie Lledo nous expliquera comment.

Le cerveau, la machine et l’humain est le dernier livre de Pierre- marie Lledo. Il est paru chez Odile Jacob.

La musique

  • PARCELS - Myenemy

  • Philippe KATERINE - Y a d'la rumba dans l'air

  • Francoiz BREUT - La danse des ombres

Le cabinet de curiosités

  • A quoi ça sert de bailler ?

Tous les vertébrés baillent… sauf la girafe mais c’est un autre sujet

Le baillement est en tous cas mal compris des scientifiques,

Un spécialiste du sujet vient de publier son hypothèse : cela permettrait de ventiler et refroidir le cerveau, en faisant entrer dans la tête un important volume d’air frais.

Des chercheurs de l'université de Vienne, en Autriche ont montré des photos de bailleurs à des piétons en hiver, puis en été ; un sur trois n’a pas pu se retenir et presque tous l’ont fait en été

La température semble jouer un rôle essentiel

Je suis sure que vous êtes nombreux à bailler en écoutant cette information essentielle… pourquoi le baillement est-il contagieux, nous allons enquêter

  • Mieux que le frigo : la soie

Les chercheurs américains ont montré que des fruits recouverts d'une fine pellicule de soie restaient frais pendant plus d'une semaine, sans avoir besoin d’être réfrigérés. .

les chercheurs ont plongé, jusqu'à quatre fois de suite, des fraises fraîchement cueillies dans une solution contenant 1 % de protéines de soie. C’est inodore et invisible.

Ces fraises ont été stockées à température ambiante, à côté d’autres fraises non traitées,. Sept jours plus tard, les fraises traitées étaient toujours aussi juteuses et fermes qu'un premier jour !

On évitera de parler de l’aspect des fraises non traitées.

Pour rester jeune, on va essayer les draps en soie

  • Et pour doper son cerveau vieillissant, on fume du cannabis

Des doses quotidiennes de THC la substance active du cannabis, semblent inverser le déclin cognitif lié à l'âge.

Des scientifiques de l'université de Bonn ont donné du THC à des souris âgées de deux mois, un an et 18 mois. La mémoire des souris a été évaluée dans un labyrinthe

Les performances des jeunes étaient plutôt mauvaises, mais les souris âgées ont bien mieux réussi les tests La drogue agirait en stimulant un système qui décline avec l'âge.

  • Des libellules simulent la mort pour ne pas s’accoupler.

Je l’ai lu sur le site de Pierre Barthélémy, passeur de sciences du journal le monde.

Un chercheur de l’université de Zurich a assisté en juillet 2015 à une drôle de scène : il étudiait les insectes au bord d’un étang, et il voit arriver et s’écraser au sol une libellule poursuivie par une autre. Il la pense morte. Il veut la ramasser mais elle prend la fuite …Il découvrira qu’il s’agissait d’une femelle fuyant les assauts d’un mâle.

Ce jeune chercheur s’intéresse alors de plus près au sujet et constate que le phénomène est fréquent chez les libellules… 21 femelles sur 27 crash ont échappé à l’accouplement…

Le scientifique cherche maintenant à savoir si cette attitude est si rare que ça dans la nature…

On connaissait le « pas ce soir j’ai la migraine »… mais pas encore le « pas ce soir tu vois bien que je suis morte… » sacrées libellules !

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.