Aujourd’hui dans les Savanturiers, les mystères de l’univers invisible, et les promesses de l’hydrogène issu de la mer.

La Galaxie J04542829-6625280, ou LEDA 899
La Galaxie J04542829-6625280, ou LEDA 899 © Getty / ESA/Hubble

David Elbaz est Astrophysicien. C’est un spécialiste de l’étude de la formation de galaxies.

Ces galaxies sont des milliards, et elles sont contrôlées par la matière noire et l’énergie noire, dont on ne sait presque rien.

Ce qui captive David Elbaz, c’est cette face cachée de l’univers, d’où émergent de puissantes sources d’énergie, et où une matière inconnue courbe l’espace.

David Elbaz cherche à comprendre l’invisible. Les imperfections des théories de la physique lui font dire qu’il faudrait peut-être changer de point de vue. Oublier la matière noire et l’énergie noire, imaginer des univers parallèles, ou même d’immenses trous noirs comme celui au fond duquel nous vivons peut- être…

Après ce grand voyage à la frontière du monde obscur, retour sur terre, avec un bateau l'Energy Observer qui s’apprête à parcourir notre planète, sans un gramme d’énergie fossile.

Victorien Erussard et Jerome Delafosse à Saint-Malo
Victorien Erussard et Jerome Delafosse à Saint-Malo © AFP / LOIC VENANCE

Deux passionnés de la mer portent ce projet dont l’Unesco est partenaire. Victorien Erussard, un coureur au large officier de marine marchande, et Jérôme Delafosse, scaphandrier professionnel, auteur- réalisateur de documentaires, sont avec nous.

L’Energy Observer, le premier bateau autonome en énergie va être mis à l’eau au printemps. il s’agit d’un maxi catamaran de course qui a été transformé, qui peut naviguer sur toutes les mers du monde, sans émission de gaz à effet de serre ni de particules fines. Ce bateau est propulsé aux énergies renouvelables et à l’hydrogène. L’hydrogène, il ne l’emporte pas, il le fabrique à partir d’eau de mer.

Au printemps, l’Energy observer, c’est son nom, va partir pour un tour du monde qui va durer 6 ans. 101 escales sont prévues. Le but . Montrer que l’on peut se passer des carburants fossiles.

Livre

À la recherche de l’Univers invisible par David Elbaz paru aux éditions O.Jacob

Après ses stupéfiantes avancées du siècle dernier – la découverte de l’expansion de l’univers, du Big Bang et des trous noirs –, la cosmologie serait-elle en voie de perdre son objet d’étude ? L’avènement de la « matière noire », invisible mais nécessaire pour expliquer les mouvements des galaxies, celui de l’« énergie noire », insaisissable mais indispensable pour rendre compte de l’accélération de l’expansion de l’univers, et celui des trous noirs, qui font disparaître la matière ordinaire comme un lapin dans un chapeau de magicien, donnent l’image d’un univers élusif dont une part grandissante échappe à l’observation.

Faisant toute la lumière sur ce qu’il appelle le « triolet noir de notre ignorance », l’auteur cherche les biais susceptibles de dérober l’univers à notre regard, en analysant cinq « illusions » possibles. Manque-t-il vraiment de la matière ? Nos observations sont-elles fautives ? Voyons-nous en trois dimensions un univers holographique à deux dimensions ? C’est d’un autre regard sur l’univers qu’il est question dans ce livre très accessible qui met en scène les questions cruciales de la cosmologie actuelle.

La musique

  • MESPARROW - Les écrans
  • David Bowie - Moonage daydream
  • Agnes Obel - It's happening again

Une autre forme de musique

La musique du fond diffus cosmologique

La musique des ondes gravitationnelles

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.