A l'occasion des journées nationales de l'archéologie préventive, Fabienne Chauvière a rencontré Jean-Paul Demoule, spécialiste du néolithique. Il a créé en 2002 « l’Institut National d’Archéologue Préventive », l’Inrap .

À Lillebonne, site sur lequel une nécropole romaine a été dégagée par l'archéologue de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).
À Lillebonne, site sur lequel une nécropole romaine a été dégagée par l'archéologue de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). © AFP / KENZO TRIBOUILLARD

Les dernière fouilles réalisées par les archéologues de l’Inrap ont donné lieu à de belles découvertes.

Dans le centre de Dijon notamment, une équipe de l’Inrap a mis au jour un dépôt d’une trentaine de monnaies d’or et d’argent de la seconde moitié du XVe siècle. Un autre trésor inestimable a été exhumée du côté d'Angoulême, une plaquette de grès datée de 12 000 ans sur laquelle figure un cheval et quatre herbivores.

Le livre de Jean-Paul Demoule s’intitule justement Trésors : les petites et grandes découvertes qui font l'archéologie (ed. Flammarion).

L’Inrap intervient en amont des travaux d’aménagement, à la présomption de site archéologique et fait des sondages préalables.

Grâce à l’archéologie préventive, on connait mieux le Moyen-Age et un vase gaulois qui contenait du cannabis a été découvert.

Et si l'archéologue était un chasseur de trésor ? 

"C'est effectivement l'image qu'on en a, l'image d'Indiana Jones qui doit affronter ses collègues jaloux. C'est aussi ce qui fait rêver les enfants, moi aussi, comme avec le tombeau de Toutankhamon", raconte Jean-Paul Demoule

Il arrive qu'on trouve des trésors au sens littéral mais la plupart du temps, c'est des trésors intellectuels, scientifiques qui aident à comprendre le monde

Des archéologues Indiana Jones, ça existe, mais des archéologues qui s'intéressent aux poubelles ou aux latrines, ça existe aussi !

"Cela existe de plus en plus : on est passé de plus en plus à une vision de l'archéologie comme une histoire de l'art à un intérêt pour la reconstitution de la vie quotidienne, de l'alimentation, etc. Y compris dans les périodes récentes, dans les poubelles contemporaines, où l'on découvre les habitudes de nos contemporains."

L'archéologie est une discipline moderne, qui s'appuie sur la génétique ou les satellites. 

Peut-on oublier les faux en archéologie ?

"Non, car beaucoup circule encore. Il y a deux séries de faux : ceux pour gagner de l'argent, comme les statuettes précolombiennes dans toutes sortes de musées, qui sont des faux. On peut détecter ceux en terre cuite, mais pas les faux en pierre. Il y a également les faux à thèses, donc toutes les reliques des différentes religions, qui sont la plupart du temps, des faux."

On a vu même un archéologue introduire des faux dans un site ! "Oui, cela s'est passé au Japon, il y a quinzaine d'années. Il dirigeait une société privée, très médiatisée. Des journalistes l'ont surpris au petit matin, et l'ont filmé en train de déposer des objets." 

Grâce à l'archéologie préventive, on connait mieux le Moyen Âge, et on a découvert l'année dernière un vase gaulois contenant du cannabis...

La suite à écouter...

Programmation musicale
  • O (OLIVIER MARGUERIT)Les pédales (Radio Edit)2019
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.