Les Ignobels récompensent chaque année depuis 1991 des travaux scientifiques loufoques qui font rire... et réfléchir.

Les prix Ig-Nobel : les travaux de recherche les plus insolites de 2019
Les prix Ig-Nobel : les travaux de recherche les plus insolites de 2019 © AFP / STAN HONDA

Une ferme expérimentale « bas carbone »

14 % des gaz à effet de serre sont issus de l’élevage à cause du méthane qu’elles rejettent. Leur alimentation a aussi un fort impact. Les tourteaux de soja importés du Brésil parcourent  des milliers de kilomètres, et sont responsables de la déforestation. Que peut-on faire ?

En Bretagne, des éleveurs avec le soutien de la chambre d’agriculture, ont monté une ferme expérimentale « bas carbone » : le tourteau de soja a été remplacé par du tourteau de colza produit localement, les prairies sont enrichies avec des légumineuses, on mesure le méthane rejeté grâce à un appareil positionné près de la mâchoire des ruminants, les engrais chimiques, émetteurs de protoxyde d’azote (N2O), ont été réduits au profit d’engrais organiques... Enfin, pour de nombreux scientifiques, manger moins de viande, mais de meilleure qualité, est un élément crucial de la lutte contre la dégradation du climat.

Le fast food n’est pas bon pour le cerveau

Manger trop gras et trop sucré fait grossir. La malbouffe peut aussi avoir des conséquences sur le cerveau. Des chercheurs de l'université de Yale (États-Unis) ont découvert qu'un régime riche en graisses et en glucides provoque une inflammation de l'hypothalamus en seulement trois jours, or l'hypothalamus contrôle la soif et la faim. 

Les chercheurs ont ainsi découvert des modifications des mitochondries : elles sont vraiment plus petites chez les animaux qui mangent gras. Et cela affecte le fonctionnement de l'hypothalamus. Ainsi, les animaux qui mangent gras sont tentés de manger toujours plus. Mais la situation est réversible.

Les prix Ig-Nobel 2019

Les Ignobels récompensent chaque année depuis 1991 des travaux « qui font rire les gens, puis qui les font réfléchir ». La 29ème cérémonie des Ig Nobel s'est tenue sur le campus de l’université de Harvard aux Etats-Unis la semaine dernière. Un chercheur italien a reçu l’Ig Nobel de médecine pour ses travaux qui montrent que  les personnes qui consomment régulièrement de la pizza ont moins de risques de tomber malades. Mais à condition que cette pizza soit fabriquée et consommée en Italie ! En fait, ces travaux confirment que le régime méditerranéen - dont la pizza est un marqueur – est bon pour la santé.

Un autre exemple. Le prix Ig Nobel d'anatomie a été obtenu  par des chercheurs français qui ont étudié la température des testicules de postiers, et de chauffeurs de bus nus puis ensuite vêtus, dans différentes positions. Selon leurs observations, quand il est couvert, le testicule gauche est plus chaud que le droit. 

Parmi les scientifiques récompensés, il y a aussi un Japonais qui a calculé la quantité de salive produite par un enfant de 5 ans en une journée (0,5 litre), un Iranien qui a inventé une machine à changer les couches ou des Néerlandais qui ont montré que les billets de banque, notamment le leu roumain, peuvent propager des microbes infectieux...

Les lauréats du prix Nobel remportent chacun une coquette somme avoisinant le million d’euros. Les lauréats du prix Ig Nobel, quant à eux, remportent… un billet de 10 000 milliards de dollars du Zimbabwe. Il faut savoir que le Zimbabwe a arrêté d’utiliser sa monnaie locale en 2009 à cause d’une inflation délirante ; au plus fort de l’hyperinflation, le billet de 100 000 milliards de dollars équivalait plus ou moins à 40 cents !

Un dernier exemple pour finir : une équipe internationale a remporté le prix Ig Nobel de la paix. Leur sujet, les démangeaisons. Leurs conclusions : certaines parties du corps sont plus agréables à gratter comme... les chevilles !

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.