Depuis des siècles, les visiteurs du Loch Ness écossais disent avoir vu un monstre qui se cacherait dans ses profondeurs.

Pour tenter de retrouver l'ADN du fameux monstre, 300 échantillons d'eau vont être prélevés dans le lac
Pour tenter de retrouver l'ADN du fameux monstre, 300 échantillons d'eau vont être prélevés dans le lac © AFP / ANDY BUCHANAN

Un scientifique néo-zélandais dirigera dans quelques semaines une équipe internationale qui prélèvera des échantillons des eaux du lac et effectuera des analyses génétiques pour déterminer quelles espèces y vivent.

L'une des théories est que Nessie, le monstre du Loch Ness, est un plésiosaure à long cou qui a survécu à l'extinction des dinosaures.

Selon une autre théorie, Nessie serait un esturgeon ou un poisson-chat géant. 

Selon les chercheurs, les créatures qui se déplacent dans l'eau laissent derrière elles de minuscules fragments d'ADN provenant de la peau, des plumes, des écailles et de l'urine.

300 échantillons d'eau à différents points du lac vont être prélevés. La réponse sera donnée avant la fin de l’année.

Le mystère de la soie d’araignée révélé.

La soie d'araignée présente des qualités exceptionnelles que les scientifiques aimeraient reproduire. Mais comment font les araignées ? 

Extrêmement résistante et très flexible, la soie d’araignée intrigue. Une telle soie, produite à grande échelle, pourrait trouver bien des applications. Des chercheurs japonais, viennent de comprendre les mécanismes de sa formation

Avec des méthodes de pointe, ces chercheurs ont pu analyser les protéines de base la soie de l’araignée. Ils ont découvert deux types de motifs récurrents. 

La soie d'araignée tire son élasticité et sa résistance de sa composition particulière et complexe. Aujourd'hui, des chercheurs semblent donc avoir percé ses secrets et sont capables de la recréer artificiellement.

Une équipe de chercheurs américains est prête à redonner vie au mammouth. 

Il s’agirait d’un animal qui posséderait 44 des gènes issus du mammouth, disparu il y a près de 12 000 ans

Des gènes de mammouth ont été préservés pendant des millénaires dans les glaces de l’Arctique. Les scientifiques veulent s’en servir pour faire un être hybride, mi mammouth mi éléphant, un être capable de supporter un climat très froid, qui lui permettrait de vivre en Arctique.

Les scientifiques de l’Université d’Harvard aux Etats Unis, qui sont à l’origine de ce projet fou, pensent qu’en colonisant l’Arctique, ces mammouth éléphants contribueraient à tasser le manteau neigeux, ce qui permettrait au sol de rester gelé toute l’année

Voir l’Arctique envahi de mammouths hybrides n’est cependant pas encore pour demain. Car personne n’a réussi pour le moment à créer un utérus artificiel dans lequel implanter un potentiel embryon de mammouth hybride. 

Avoir soif fait baisser de 10% nos capacités cérébrales.

La seule solution, c’est de boire de l’eau.

Le cerveau est composé à plus de 82% d'eau. Le début d'une déshydratation, c'est-à-dire une légère soif, produit une baisse d'énergie cérébrale de 10% ayant pour conséquence un manque de concentration et de capacités cognitives. Toutes les performances s'en trouvent diminuées : perte de motricité, absences, troubles, incapacité de réfléchir correctement, irritabilité, etc. Le manque d'eau au niveau du cerveau peut arriver en moins de deux heures.

Une déshydratation peu avancée se soigne rapidement et facilement avec … de l’eau.  Même sur la route des vacances, évitez les bouteilles en plastique, polluantes. Remettez au gout du jour les bonnes vieilles thermos !

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.