Avec les neurosciences, on a compris certains mécanismes de la concentration, et elle peut s’apprendre.

Avec les neurosciences, on a compris certains mécanismes de la concentration, et elle peut s’apprendre. Image d'illustration.
Avec les neurosciences, on a compris certains mécanismes de la concentration, et elle peut s’apprendre. Image d'illustration. © Getty / the_burtons

Jean Philippe Lachaux est chercheur à l’Inserm en neurosciences cognitives. Il dirige une équipe à Lyon. Il travaille sur l’attention depuis 20 ans. 

Les neurosciences permettent de comprendre ce qui se passe dans le cerveau quand nous sommes concentrés ou pas. Il signe un livre très amusant et très instructif qui vient de paraître chez Odile Jacob : la magie de la concentration. Pour lui, nous ne savons pas nous concentrer. 

Pour se concentrer, il y a des trucs ?

Eh non ! La maîtrise de la concentration, c’est un chemin.  Le cap, la cible, s’il y avait une chose à retenir du livre de Jean Philippe Lachaux c’est bien cela. 

Et comment éviter d’être distrait ? 

Une émission à préparer, deux livres à lire, vider la machine à laver, Internet qui vous fait de l’œil, on a toujours plusieurs choses à faire. On ne sait plus où donner de la tête. 

Ce chercheur en neuroscience dit aussi que quand on sent que son attention est en train de partir, il faut la ramener le plus vite possible. Plus on se laisse envahir, plus il est difficile ensuite de se reconcentrer.

La concentration demande de l’entrainement, Jean Philippe lachaux a quand mêmes quelques petits conseils pour la vie au quotidien dans son ouvrage.

Pour les enseignants qui veulent apprendre aux enfants à se concentrer, il y a le site Atole.

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.