Fabienne Chauvière reçoit Isabelle Arnulf.1. Pourquoi dort-on (ou pas) la nuit ?

Morphée et Iris, Pierre-Narcisse Guérin (Huile sur toile, 1811).

Le Professeur Isabelle Arnulf dirige l’unité des pathologies du sommeil à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris.

C’est un laboratoire, qui est à la fois un service de soin et un centre de recherches. Dans cette unité, cette neurologue veille avec tendresse sur des dormeurs qu’elle accueille avec son équipe pour une nuit ou plus, et qui lui permettent d’accéder à leurs rêves. Car les rêves sont une merveilleuse porte d’accès sur le monde du sommeil, un continent qui reste à explorer.

Derrière des milliers de rêves racontés, des centaines de dormeurs filmés, se dessine une meilleure compréhension du cerveau et du sommeil, mais aussi une meilleure prise en charge de certaines maladies, comme la maladie de Parkinson.

Isabelle Arnulf a rencontré des rêveurs qui mange n’importe quoi en dormant, des aveugles qui voient pendant leurs songes, des sourds qui entendent et des paraplégiques qui courent des marathons, en rêve. Ces phénomènes sont des découvertes récentes pour les chercheurs et peuvent en apprendre beaucoup sur le cerveau.

Isabelle Arnulf étudie nos songes sans les interpréter. Son but est avant tout de comprendre à quoi ils servent!

C’est ce qu’elle décrit dans un livre qui est sorti aux éditions Odile Jacob :

« Une fenêtre sur les rêves », neurologie et pathologies du sommeil.

Une fenêtre sur les rêves
Une fenêtre sur les rêves © Radio France

Une fenêtre sur les rêvesUne fenêtre sur les rêves

Neurologie et pathologies du sommeil

Les rêves peuvent-ils être prémonitoires ? Le sommeil guérit-il la maladie de Parkinson ? De quoi sont faits les rêves des aveugles ? Longtemps, le monde des rêves a appartenu aux religieux, aux artistes, aux psychanalystes et à tous ceux qui voulaient y découvrir un sens caché. Pourtant, il existe une approche scientifique des rêves : on peut désormais savoir si hommes et femmes rêvent des mêmes choses, si nous volons tous en rêve ou si nous rêvons tant que cela de sexe.

L'étude des rêves permet également de mieux comprendre les maladies du sommeil : hallucinations, somnambulisme, terreurs nocturnes, narcolepsie et trouble comportemental en sommeil paradoxal. Voir un dormeur combattre des lions dans son lit ou fumer une cigarette fictive, découvrir qu'un homme à demi infirme redevient valide lorsqu'il rêve permettent d'en savoir un peu plus sur cette curieuse machinerie qui fait de nous, chaque nuit, la marionnette de notre cerveau.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.