Et elle vient de signer un article scientifique inquiétant.

Gardien avec un gorille de montagne dans le Senkwekwe Center, le seul orphelinat au monde pour ces mammifères, situé dans le parc national des Virunga à Rumangabo, au Congo, le 8 décembre 2016.
Gardien avec un gorille de montagne dans le Senkwekwe Center, le seul orphelinat au monde pour ces mammifères, situé dans le parc national des Virunga à Rumangabo, au Congo, le 8 décembre 2016. © Getty / Jürgen Bätz / alliance photo

J’ai eu la chance de rencontrer Sabrina Krief, primatologue, professeur au Muséum national d’Histoire naturelle et spécialiste des grands singes. Elle est sur le terrain trois mois par an. Et son terrain, c’est le Parc Kibale, au Sud de l’Ouganda. Elle y a monté un centre de recherche où 12 personnes travaillent en permanence. Le but : étudier les effets des activités humaines sur le comportement et l'écologie des chimpanzés.

Elle a mis en évidence les effets des pesticides sur les chimpanzés… et elle vient donc de publier une étude qui porte cette fois sur les babouins.

Sabrina Krief pense aussi que nous pouvons tous agir pour protéger les grands singes et voudrait que soit créé un statut de personne non humaine pour les grands singes ainsi qu'un plan pour les sauver de l'extinction. Il faut, dit-elle, stopper le commerce illégal d’espèces de grands singes, de minerais et d’espèces végétales de leur habitat, réduire l’usage de l’huile de palme donc, et interdire les grands singes dans les cirques.

Si on ne fait rien, l’avenir des grands singes est très sombre. Leur habitat disparaît. Ils sont aussi victimes de braconnage. 

On entend souvent dire que les grands singes sont menacés d’extinction. C’est aussi ce que pense Sabrina Krief : elle est inquiète, mais espère qu’il n’est pas trop tard…

Liens

Les invités
Programmation musicale
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.