La dégradation des sols affecte plus d’un milliard d’hectares dans le monde et touche deux milliards d’individus. Un docteur en robotique du CNRS en poste au Collège de France, Mohamed Zaoui, a imaginé une solution très originale pour replanter, en particulier dans les zones arides.

Des robots pour planter des arbres.
Des robots pour planter des arbres. © Getty / Viaframe

Une flotte de robots nomades robuste et minimaliste

Le système utilise des petits robots très légers répartis par tâche, un robot pour forer, un robot pour planter, un robot pour arroser, un autre pour surveiller… Leur petite taille permet une meilleure protection des sols déjà fragilisés ou vulnérables. Un exploitant agricole de Seine et Marne a prêté un terrain pour que des essais puissent se faire.

Tous les étés, on surveille les tiques… une nouvelle espèce a pris ses aises dans le Sud de la France

Dans le Sud de la France, des troupeaux de chevaux et d'élevage bovin sont envahis par une espèce de tique. On les reconnait à leurs pattes rayées rouge et jaune. Cette tique est présente jusqu'en Ardèche en Haute-Savoie et dans les Alpes-Maritimes. Des chercheurs du Cirad de Montpellier pensent que des oiseaux migrateurs ont pu apporter des larves mais les sangliers, qui traversent la frontière franco-espagnole, peuvent aussi être à l'origine de ces tiques. Pour les chercheurs, "si un randonneur s'arrête dans les 30 km aux alentours de Montpellier, il est pratiquement sûr de se faire piquer". Cette tique ne présente aucun risque pour les animaux, mais elle peut s’accrocher aux humains et transmettre des maladies Elle peut provoquer la fièvre boutonneuse, une infection plutôt désagréable qui provoque de la fièvre et des taches noires. Mais cette espèce ne transmet pas la maladie de Lyme.

Deux étudiant anglais viennent de découvrir des fossiles de coquillages géants, vraiment géants, vieux de 115 millions d’années

Un énorme fossile d’ammonite qui pèse plus de 96 kilos et mesure 55 centimètres de diamètre a été découvert sur l’île de Wight dans le sud de l’Angleterre. C’est énorme, mais le record est une ammonite trouvée en Allemagne à la fin du 19ème siècle, qui mesure 1M50 de diamètre et devait peser plus d’une tonne 5.

Il a fallu deux heures de travail deux étudiants pour l’extraire de la roche. Cela faisait près de 115 millions d’années que cet animal avait vu la dernière fois la lumière du jour. Le spécimen évoluait dans la région durant le milieu du Crétacé, il y a environ 115 millions d’années. À l’époque, une grande partie du sud de l’Angleterre était recouverte d’une mer côtière chaude et peu profonde, abritant des reptiles marins, des requins, des poissons… Cette ammonite géante se nourrissait de plancton et de  petites proies qu’elle saisissait avec ses tentacules. Ces créatures, malgré leur coquille imposante, étaient d’excellentes nageuses.

On sait maintenant pourquoi on étiiiiire les mots

Pour mettre l’emphase sur une émotion, il nous arrive d’étirer certains mots en écrivant à notre entourage, comme : c’est booooon !

Dans une étude qui vient d’être publiée dans PLOS ONE, trois mathématiciens de l’Université du Vermont ont rassemblé et analysé avec un programme informatique plus de 100 milliards de tweets. Les chercheurs sont partis à la recherche de mots extensibles tels comme  : hahahaha, ou merciiii. 

Selon les auteurs, on utilise cette forme pour éviter le point d’exclamation ou les émoticônes, et aussi pour se démarquer des autres tweets. Les travaux des chercheurs pourraient permettre d’améliorer les recherches sur Google ou de mieux filtrer les messages sur les réseaux sociaux. Pour le moment,  les moteurs de recherche sont souvent incapables de chercher une version allongée d’un mot. Quand on tape hahah, on obtient la photo d’un hérisson ! Grâce à ces travaux, on va pouvoir améliorer les algorithmes, de les adapter pour qu’ils comprennent mieux cette façon de communiquer avec beaucoup de lettres !

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.