Les larmes de crocodiles, ce sont celles qui font croire que l’on est triste. Ce sont de fausses larmes. Mais les vraies pourraient permettre de trouver de meilleurs traitements contre certaines maladies oculaires.

Les larmes de crocodile au secours des yeux humains.
Les larmes de crocodile au secours des yeux humains. © Getty / Duncan Geere / EyeEm

Des chercheurs brésiliens et saoudiens ont analysé le contenu des larmes de nombreux animaux. Et ils ont découvert que les concentrations de sel et de chlorure contenus dans les larmes de caïmans sont similaires à celles des larmes humaines. 

Nous, les humains, nous clignons des yeux environ 15 fois par minute, pour humidifier la cornée. Les caïmans, eux, peuvent rester environ deux heures sans battre des paupières !

Comprendre les propriétés des larmes de caïmans pourrait notamment aider à lutter contre les yeux secs. L’étude n’en est qu’à ses débuts. Il faut dire que recueillir les larmes de crocodile n’est pas facile. Il faut attendre que l’animal soit détendu pour récolter le liquide avec un papier absorbant. Et avoir un certain courage…

Au Japon, les voitures volantes vont devenir une réalité

Le gouvernement japonais investit et estime que ces voitures voleront en 2023, c’est-à-dire demain. Ces engins pourraient permettre de fluidifier le trafic urbain avec des taxis volants ou désenclaver des régions isolées.

Airbus, Boeing et Uber travaillent aussi sur des concepts de voitures volantes. L’idée ne relève plus de la fiction. Ces véhicules pourront décoller et atterrir verticalement. Une start-up japonaise espère pouvoir effectuer son premier test dans les jours qui viennent, avec une machine capable de voler plusieurs dizaines de kilomètres à 100 km/heure.

Le modèle volera essentiellement en pilote automatique, mais il n’est pas à 100% autonome, car un pilote pourra  intervenir en cas d’urgence.

Plus de 100 sponsors, dont Toyota ou Panasonic, se sont associés au projet. Au Japon, la recherche sur les voitures électriques volantes a commencé en 2014.

Des microbes de 101,5 millions d’années. Et vivants !

Il s’agit de l’âge de microbes qui ont été ressuscités à partir d’une carotte de sédiments prélevée à 100 mètres sous le sol dans une fosse abyssale du Pacifique. La carotte a été prélevée par un navire de recherche, à 6000 mètres de profondeur, à mi-chemin entre l’Équateur et l’Australie.

Les chercheurs de l’Agence japonaise de science et technologie marine et terrestre qui ont publié leurs travaux cet été  estiment que cette étude montre que la vie microbienne s’il y en a eu une, pourrait être ressuscitée sur Mars.

Des restes d’animaux dans l’estomac d’un jeune chien de la préhistoire

En 2011, au nord-est de la Russie, des chercheurs de l’Institut géologique de Moscou ont trouvé un proto-chiot. L’animal, parfaitement intact, a vécu il y a 14 400 ans, et le contenu de son estomac vient d’être étudié. Et on y a trouvé les restes d’un autre animal. Un animal à fourrure. Dans un premier temps, les chercheurs ont pensé que le chien avait mangé du lion des cavernes. Mais il s’agissait en fait de morceaux de rhinocéros laineux, un animal qui possédait une corne de près d’un mètre 50 cm de long.

Comment un chiot a-t-il réussi à manger un rhinocéros laineux ? Pour les chercheurs, ce chien faisait peut-être partie d’une meute, dont les membres travaillaient ensemble pour abattre de grandes proies. 

On ne sait pas de quoi est mort ce jeune chien, mais ces analyses donnent un aperçu de la vie à la fin de la période glaciaire.

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.