C'est en tout cas ce qu'ont découvert des chercheurs portugais !

 Hippocampe dans un aquarium
Hippocampe dans un aquarium © Getty / Andrzej Smiatacz / EyeEm

C’est l’effet « femme fatale ». Des poissons-couveurs mâles abandonnent les œufs lorsqu’une femelle plus attractive que leur partenaire passe dans le coin.

Certaines femmes peuvent perdre la tête pour un homme, et certains hommes ne sont plus les mêmes devant une femme fatale. Pour certains poissons, c’est pareil. Des chercheurs de l’université de Porto au Portugal, s’intéressent aux syngnathes de lagune, des sortes d’hippocampes. Chez cette espèce, les femelles confient les œufs aux mâles, qui les fertilisent et les gardent jusqu’à l’éclosion, qui a lieu au bout de quatre semaines. 

Mais si ces mâles rencontrent une femelle qui leur plait plus, ils se débarrassent des œufs qu’ils sont en train de « couver ». Ces petits poissons vivent dans les herbiers marins de l’Atlantique et de la Méditerranée. Et comment sont ces  « femelles fatales » ? Noires et blanches, et surtout, selon les chercheurs, plus grandes que la moyenne.

Des drones seraient capables de voler éternellement.

Les militaires américains sont en train de mettre au point un drone capable de voler sans jamais atterrir. Un faisceau laser pourra le recharger en plein vol. Le concept est en phase de tests.

Le drone fonctionne avec des panneaux solaires fixés sur ses ailes et des batteries. Des tirs laser en direction des panneaux permettraient au drone de voler « indéfiniment ». Seuls, la fumée, le brouillard ou la pluie pourraient rendre les tirs moins puissants. Ces appareils  seraient en mesure d’être rechargés même à plus de 10 kilomètres de distance. Les drones pourraient ainsi voler pendant des semaines avec des applications militaires, mais aussi commerciales. 

Une autre application du laser : nous propulser à 60 000 km/sec. 

Ce qui permettrait d’envisager la visite de planètes à l’extérieur du système solaire. La planète la plus proche de nous, hors du système solaire, s’appelle Proxima b. Elle est à 4,25 années-lumière de la Terre, soit 40 000 milliards de kilomètres. Il est impossible d’atteindre Proxima b avec nos fusées actuelles. Cela prendrait beaucoup beaucoup trop de temps. 

Une nouvelle technique de propulsion pourrait permettre à un vaisseau de voyager à 20 % de la vitesse de la lumière – à 60 000 km/sec. On pourrait ainsi atteindre Proxima b en « seulement » 20 ans.

Des chercheurs de l’institut de technologie de Californie, proposent un système de voiles très grandes et très fines composées entre autres de silice, qui seraient accélérées depuis la Terre par laser. Un mini vaisseau équipé de caméras et d’instruments pourrait alors être capable de voyager dans l’espace à plus de 60 000 km/seconde. Une nouvelle ère de l’exploration spatiale est en train de voir le jour.

Qu'est-ce qui contient le plus de germes dans un aéroport?

Des chercheurs ont étudié l’aéroport d’Helsinki, en Finlande.

Quelles sont les surfaces les plus susceptibles de contenir des germes dans les aéroports ? Pour pouvoir « lutter contre la propagation des maladies infectieuses », des chercheurs finlandais ont testé, au sein de l’aéroport d’Helsinki : 90 surfaces. Et ils ont découvert que 10 % contenaient au moins un virus respiratoire. 

Ce sont les plateaux en plastique dans lesquels on dépose ses affaires à la sécurité qui sont les plus contaminés. Les virus de la grippe ou du rhume s’y plaisent particulièrement. Ces chercheurs ont aussi découvert que ces bacs en plastique ne sont quasiment jamais désinfectés, contrairement aux toilettes qui d’après la même étude, contiennent finalement très peu  de germes. 

Après le passage à la sécurité, on n’oublie pas de se laver les mains!

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.