Il y en a (vraiment) pour tout les goûts cette semaine. Laissez vous guider par Laurent Delmas et Christine Masson

Les sorties de la semaine
Les sorties de la semaine

Atlantique de Mati Diop

Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers d’un chantier, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, qui laisse derrière lui celle qu'il aime, Ada, promise à un autre homme. Quelques jours après le départ en mer des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage d’Ada et de mystérieuses fièvres s'emparent des filles du quartier. Issa, jeune policier, débute une enquête, loin de se douter que les esprits des noyés sont revenus. Si certains viennent réclamer vengeance, Souleiman, lui, est revenu faire ses adieux à Ada.

En 2009, Mati Diop avait réalisé Atlantiques, son premier court métrage tourné lui aussi à Dakar. "C’est l’époque « Barcelone ou la Mort » où des milliers de jeunes quittent les côtes sénégalaises pour un avenir meilleur en tentant de rejoindre l’Espagne", se souvient-elle.Et puis Dakar a connu d'importantes émeutes, juste après ce que l'on a appelé "le printemps arabe" La réalisatrice a eu envie de donner une suite à son travail initial

Atlantique a obtenu le Grand Prix au dernier festival de Cannes

Gemini Man de Ang Lee

Henry Brogan, un tueur professionnel, est soudainement pris pour cible et poursuivi par un mystérieux et jeune agent qui peut prédire chacun de ses mouvements.

Ce projet dort dans un carton depuis plus de 20 ans, essentiellement pour des raisons technologiques. Le héro apparaissant à deux âges différents et les procédés de rajeunissement n'étant pas encore au point à l'époque, le projet a été mis de côté. 

Après que Clint Eastwood et Mel Gibson aient été envisagé, c'est donc Will Smith qui apparaît en double dans Gemini man. "Il ne s’agit pas de régénération, ni de substitution d’image. Junior est intégralement créé en numérique et guidé à 100 % par la performance capture" explique Bill Westenhofer, le superviseur des effets visuels.

Le regard de Charles de Marc de Domenico

En 1948, ‪Edith Piaf‬ offre sa première caméra à ‪Charles Aznavour‬, une paillard qui ne le quittera plus. Jusqu’en 1982 Charles filmera des heures de pellicules qui formeront le corpus de son journal filmé. Aznavour filme sa vie et vit comme il filme. Partout où il va, sa caméra est là, avec lui. Elle enregistre tout. Les moments de vie, les lieux qu’il traverse, ses amis, ses amours, ses emmerdes.

Le Regard de Charles est fidèle à Aznavour, et ne cache pas certains aspects moins flatteurs de sa personnalité... "J’ai eu une totale liberté sur ce plan, explique Marc Di Domenico. On voit dans le film qu’il “abandonne” sa première femme quand il part au Canada, on aborde le sujet douloureux de son fils Patrick, décédé à 24 ans, il y a un passage où il dit “j’avais de l’argent, j’étais content de moi”... On n’a pas occulté ces aspérités, mais c’est bien de les montrer aussi, ça n’enlève rien de l’admiration qu’on lui porte et ça le rend au contraire pleinement humain. Et puis il a filmé lui-même ces moment-là, donc c’est qu’il ne voulait pas les cacher".

Gwen, le livre de sable de Jean-François Laguionie

Le "Makou", une entité malfaisante, attend le retour des Dieux dans le vaste désert de sable.

Il s'agit de la version restaurée de ce film sortie en 1985

Alice et le maire de Nicolas Pariser

Le maire de Lyon, Paul Théraneau, va mal. Il n’a plus une seule idée. Après trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle leurs certitudes.

Comme dans son précédent film, (Le Grand Jeu), Nicolas Pariser aborde le monde politique et filme une opposition entre le vieux monde et le nouveau : "D’un côté la pensée et de l’autre le monde de l’action, raconte le réalisateur. Je me demande : pourquoi ceux qui agissent ne pensent pas et pourquoi ceux qui pensent n’agissent pas ? Dans mon expérience personnelle, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui agissait et qui s’est mis à penser. En revanche, j’ai rencontré beaucoup de gens qui pensaient et qui, du moment où ils ont commencé à agir, ont cessé de penser".

J’irai où tu iras de Géraldine Nakache

Vali et Mina sont deux sœurs que tout oppose, éloignées par les épreuves de la vie. L’une est chanteuse, rêveuse et émotive. L’autre est thérapeute, distante et rationnelle. Leur père aimant finit par trouver l’occasion rêvée pour les rassembler le temps d’un week-end et tenter de les réconcilier : Vali a décroché une audition à Paris et c’est Mina qui va devoir l’y emmener malgré son mépris pour la passion de sa sœur.

Près de 10 ans après le succès de Tout ce qui brille et sa rencontre avec Leila Bekhti, Géraldine nakache est à nouveau derrière la caméra, mais seule cette fois-ci (Elle avait co-réalisé Tout ce qui brille avec Hervé Mimran)

"Le vrai challenge était d’assumer l’héritage de Tout ce qui brille à travers un nouveau duo avec Leïla et une envie de comédie, tout en m’en éloignant pour raconter une histoire plus intime, naturellement plus mature, peut-être un peu plus émouvante aussi. Je voulais centrer mon nouveau projet sur la famille, la transmission et l’héritage. Comme rien n’arrive par hasard, je suis tombée enceinte pendant l’écriture de J'irai où tu iras, et j’ai dû aussi affronter des épreuves familiales, le film a donc évolué avec moi. Au final, je crois que Tout ce qui brille ressemble en tous points à ce que j’étais il y a 10 ans, et J'irai où tu iras, c’est un peu moi aujourd’hui !"

Psychomagie, un art pour guérir de Alejandro Jodorowsky

Si chacun d’entre nous a un héritage génétique, il possède aussi un héritage psychologique qui se transmet de génération en génération. Alejandro Jodorowsky, cinéaste et artiste multidisciplinaire convaincu que l’art n’a de sens profond que s’il guérit et libère les consciences, a créé la Psychomagie. Au moyen d’actes théâtraux et poétiques s’adressant directement à l’inconscient, cette thérapie permet de libérer des blocages. Psychomagie, un art pour guérir est l’expérience artistique la plus complète sur l’évolution de l’oeuvre créative et thérapeutique d’Alejandro Jodorowsky.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.