...a dit Isabelle Huppert. Pour éviter les attractions désastres, écoutez les conseils de Christine Masson et Laurent Delmas

Les sorties cinéma de la semaine
Les sorties cinéma de la semaine © Getty

"Fugue" d'Agnieszka Smoczyńska

L'histoire : Alicja a perdu la mémoire et ignore comment elle en est arrivée là. En deux années, elle parvient à se reconstruire et ne souhaite plus se remémorer le passé. Quand sa famille la retrouve enfin, elle est contrainte d’endosser les rôles de mère, de femme et de fille auprès de parfaits inconnus. Comment réapprendre à aimer ceux que l’on a oubliés.

C'est l'actrice principale Gabriela Muskała qui a écrit le scénario de Fugue. C'est en découvrant une émission de télévision consacrée aux avis de recherche que l'idée lui est venue. Alors qu'une femme ne savait plus qui elle était, un de ses voisins l'a reconnue et a téléphoné durant la diffusion de l'émission : "Nous avons décidé de retrouver cette femme explique la réalisatrice, et de comprendre pourquoi elle avait perdu la mémoire, mais aussi pourquoi sa famille ne l’avait pas recherchée".

"Lourdes" de Thierry Demaizière et Alban Teurlai

L'histoire : Le rocher de la grotte de Lourdes est caressé par des dizaines de millions de personnes qui y ont laissé l’empreinte de leurs rêves, leurs attentes, leurs espoirs et leurs peines. A Lourdes convergent toutes les fragilités, toutes les pauvretés. Le sanctuaire est un refuge pour les pèlerins qui se mettent à nu, au propre – dans les piscines où ils se plongent dévêtus – comme au figuré – dans ce rapport direct, presque charnel à la Vierge.

Le film suit une dizaine de personnages d'origines et de conditions différentes. Trouver autant de témoins acceptant de se confier devant la caméra a été très dificile : "Cela a nécessité un énorme travail, se souvient Alban Teurlai : huit mois et trois enquêtrices. Nous voulions trouver des destins qui ont une valeur universelle, aborder tous les milieux et suivre des pèlerinages très divers : travestis du bois de Boulogne, militaires, gitans etc… Et puis il y a eu des hasards incroyables, comme Jean D’Artigues, cet ancien chef d’entreprise atteint de la maladie de Charcot. C’est le témoin que nous cherchions, un homme transcendé par la maladie qui aborde sereinement l’idée de la mort."

"Matar a Jesús" de Laura Mora

L'histoire : Paula était présente lors de l’assassinat de son père, professeur à l’université de Medellín. Alors que l’enquête officielle est déjà classée, Paula fait la connaissance de l’assassin, Jesús. La relation qui se noue entre eux, malgré le désir de vengeance de Paula, va ébranler les certitudes de cette dernière. Inspiré par une tragédie autobiographique de la réalisatrice.

Tout commel'héroïne de son film, la réalisatrice Laura Mora a perdu son père en 2002, mort assassiné à Medellin. Partie faire des études de cinéma en Australie alors qu'elle ne parvenait pas à faire son deuil, Mora fait un jour un rêve dans lequel elle se trouve à Medellin. Là, un garçon s'approche d'elle et lui dit "Je suis Jesús, j’ai tué ton père". Ce rêve lui donne l'impulsion d'écrire une cinquantaine de pages qui allaient devenir Matar a Jesús.

"Petra" de Jaime Rosales

L'histoire : Petra, jeune artiste peintre, intègre une résidence d’artiste auprès de Jaume Navarro, un plasticien de renommée internationale. Très vite, Petra découvre un homme cruel et égocentrique qui fait régner parmi les siens rancœur et manipulation. Malgré les mises en garde, la jeune femme persiste, bien décidée à se rapprocher de cette famille. Petra avouera-t-elle la véritable raison de sa présence ?

Petra est un film sur la résilience des femmes et sur leur lutte contre le patriarcat. Pour Barbara Lennie, "Les femmes au final sont celles qui dépassent tout. Et dans ce cas, ce sont les seules qui peuvent changer leurs destins tragiques". Sa comparse Marisa Paredes renchérit : "Ces deux personnages féminins, Petra et Marisa, qui réussissent à se trouver, le font grâce à la vérité la plus absolue, avec leurs tripes, leurs coeurs. Elles se trouvent, se reconnaissent, d’une façon que les personnages masculins ne pourront jamais connaître".

"Quand nous étions sorcières" de Nietzchka Keene

L'histoire : À la fin du Moyen-Âge, la jeune Margit et sa soeur aînée Katla fuient dans les montagnes après que leur mère a été brûlée pour sorcellerie. Elles trouvent refuge chez Jóhann, un paysan veuf qui élève son petit garçon Jónas. Tandis que Margit et Jónas se lient d’amitié, Katla entreprend de séduire Jóhann. Persuadé qu’elle a ensorcelé son père, Jónas nourrit une haine profonde envers Katla. Pendant ce temps, Margit a des visions de sa mère défunte et se réfugie peu à peu dans un monde imaginaire…

"The Reports On Sarah et Saleem" de Muayad Alayan

L'histoire : Sur fond de conflit politique, une jeune israélienne, Sarah, et un jeune palestinien Saleem, s'éprennent l'un de l'autre. Leur aventure déclenche un jeu dangereux de duperie entre ceux qui détiennent le pouvoir et ceux qui ne le détiennent pas

"Retour de flamme" de Juan Vera

L'histoire : Marcos et Ana, mariés depuis 25 ans, traversent une crise de la cinquantaine. Le départ de leur fils pour ses études à l’étranger remet en question leur quotidien de couple. Ils décident alors de se séparer d’un commun accord. De prime abord fascinant et intense, le célibat se révèle bientôt monotone pour elle et presque un cauchemar pour lui.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.