Heureusement vous écoutez On aura tout vu. Grâce aux conseils de Christine Masson et Laurent Delmas, vous éviterez les navets !

Les films de la semaine
Les films de la semaine © Getty

An Elephant Sitting Still de Hu Bo

L'histoire : Au nord de la Chine, une vaste ville post-industrielle et pourtant vide, plongée dans un brouillard perpétuel. Un matin, une simple altercation entre deux adolescents dans un lycée dégénère et va souder les destins de quatre individus brisés par l’égoïsme familial et la violence sociale. Une obsession commune les unit : fuir vers la ville de Manzhouli. On raconte que, là-bas, un éléphant de cirque reste assis toute la journée, immobile…  

An Elephant Sitting Still est adapté de la nouvelle du même nom écrite par Hu Bo. Ce film est et restera son premier et unique long métrage puisque le réalisateur s'est suicidé peu de temps après avoir achevé la post-production de son film.

Border de Ali Abbasi

L'histoire : Tina, douanière à l’efficacité redoutable, est connue pour son odorat extraordinaire. C'est presque comme si elle pouvait flairer la culpabilité d’un individu. Mais quand Vore, un homme d'apparence suspecte, passe devant elle, ses capacités sont mises à l'épreuve pour la première fois. Tina sait que Vore cache quelque chose, mais n’arrive pas à identifier quoi. Pire encore, elle ressent une étrange attirance pour lui...

Border est adapté d'une nouvelle de John Ajvide Lindqvist, auteur du roman Laisse-moi entrer dont le film de vampires Morse est tiré. C'est justement grâce à ce long métrage qu'Ali Abbasi a découvert l'univers de l'auteur suédois : "après avoir vu le film, j’ai décidé de lire le livre. Morse a été une véritable découverte, et le film a vraiment inventé quelque chose de très novateur." 

Border a remporté le prix Un Certain Regard du Festival de Cannes 2018

Edmond d’Alexis Michalik

L'histoire : Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite.   

Le film est l'adaptation de la pièce de théâtre du même nom lauréate de cinq Molière en 2017. L'occasion pour son metteur en scène, Alexis Michalik, de passer derrière la caméra. Un juste retour des choses pour celui qui a longtemps porté ce projet pour en faire un film et qui s'est tourné à l'époque vers le théâtre, faute de trouver un réalisateur intéressé par son oeuvre.

Forgiven de Roland Joffé

L'histoire : En 1994, à la fin de l’Apartheid , Nelson Mandela nomme L’archevêque Desmond Tutu président de la commission Vérité et réconciliation : aveux contre rédemption. Il se heurte le plus souvent au silence d'anciens tortionnaires. Jusqu'au jour où il est mis à l’épreuve par Piet Blomfield , un assassin condamné à perpétuité. Desmond Tutu se bat alors pour retenir un pays qui menace de se déchirer une nouvelle fois …

Forgiven est l'adaptation de la pièce The Archbishop and The Antichrist écrite par Michael Ashton, qui signe également le scénario du film.

L’Heure de la sortie de Sébastien Marnier

L'histoire : Lorsque Pierre Hoffman intègre le prestigieux collège de Saint Joseph il décèle, chez les 3e 1, une hostilité diffuse et une violence sourde. Est-ce parce que leur professeur de français vient de se jeter par la fenêtre en plein cours ? Parce qu’ils sont une classe pilote d’enfants surdoués ? Parce qu’ils semblent terrifiés par la menace écologique et avoir perdu tout espoir en l’avenir ? De la curiosité à l’obsession, Pierre va tenter de percer leur secret...  

Après Irréprochable porté par une Marina Foïs inquiétante, Sébastien Marnier revient au thriller avec ce second long métrage qui est une adaptation d'un roman de Christophe Dufossé. "J’ai longtemps espéré que ce soit mon premier film, explique Sébastien Manier, mais il était certainement trop ambitieux pour un coup d’essai. Alors je l’ai mis de côté, sans jamais en faire le deuil."

In My Room d’Ulrich Köhler

L'histoire : Armin vogue d’échecs professionnels en déceptions sentimentales. Il n’est pas vraiment heureux, mais ne peut pas s’imaginer vivre autrement. Un matin il se réveille : si le monde semble inchangé, tous les êtres humains se sont volatilisés.   

Malgré son point de départ, In My Room n’est pas un film dystopique, comme le précise son réalisateur : "le désastre et la destruction de l’humanité ne sont pas le sujet principal du film – c’est une histoire 'réaliste' dans un cadre irréaliste, l’histoire d’amour des derniers humains sur terre".

Les Invisibles de Louis-Julien Petit

L'histoire : Suite à une décision municipale, l’Envol, centre d’accueil pour femmes SDF, va fermer. Il ne reste plus que trois mois aux travailleuses sociales pour réinsérer coûte que coûte les femmes dont elles s’occupent : falsifications, pistons, mensonges… Désormais, tout est permis !  

Le réalisateur a rencontré pendant plus d'un an des femmes SDF dans différents centres d’accueil à travers la France, découvrant par la même occasion le métier des travailleurs sociaux. 

Il a exigé de ses comédiennes le même investissement : Audrey Lamy s'est ainsi rendue dans un centre d’accueil à Grenoble où elle a aidé les bénévoles à faire les courses et la cuisine. Sarah Suco a, quant à elle, perdu beaucoup de poids et a fait la manche à plusieurs reprises "pour ressentir la honte et la violence des regards fuyants".

Les Révoltés – Images et paroles de mai 1968 de Michel Andrieu et Jacques Kebadian

L'histoire : Ouvriers, étudiants et jeunes s’opposent, en mai 1968, à la morale et au pouvoir en place. Les facultés et les usines sont occupées. Les barricades sont dressées. Les pavés sont lancés. La parole cède la place aux actes. C’est l’affrontement. Ces images nous plongent au cœur des événements et témoignent des hommes et des femmes qui, indignés jusque-là, marchent vers leur révolution.

Michel Andrieu et Jacques Kebadian ont été à la fois témoins et acteurs de Mai 68. Les cinéastes voulaient confronter ces événements survenus il y a cinquante ans avec aujourd’hui.

L’Enfer dans la ville de Renato Castellani

Lina, une jeune fille un peu trop naïve, est jetée en prison à cause du jeune homme dont elle était amoureuse. Egle la prend alors sous son aile..

Le film ressort dans une version restaurée.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.