Semaine riche et éclectique. Ecoutez Christine et Laurent et foncez au cinéma

Les sorties de la semaine
Les sorties de la semaine © Getty

Chambre 212 de Christophe Honoré

Après 20 ans de mariage, Maria décide de quitter le domicile conjugal. Une nuit, elle part s’installer dans la chambre 212 de l’hôtel d’en face. De là, Maria a une vue plongeante sur son appartement, son mari, son mariage. Elle se demande si elle a pris la bonne décision. Bien des personnages de sa vie ont une idée sur la question, et ils comptent le lui faire savoir.

Christophe Honoré retrouve Chiara Mastroianni pour la sixième fois. Il avait envie, dit-il de filmer à nouveau :"le front soucieux et les fossettes d’ironie".  Ce rôle a valu à la comédienne le prix d'interprétation féminine d'Un Certain Regard au Festival de Cannes 2019.

(RÉ)ÉCOUTER | On aura tout vu avec Christophe Honoré, Chiara Mastroianni, Benjamin Biolay, Camille Cottin et  Vincent Lacoste

Donne moi des ailes de Nicolas Vanier

Christian, scientifique visionnaire, étudie les oies sauvages. Pour son fils, adolescent obnubilé par les jeux vidéos, l’idée de passer des vacances avec son père en pleine nature est un cauchemar. Pourtant, père et fils vont se rapprocher autour d’un projet fou : sauver une espèce en voie de disparition, grâce à l’ULM de Christian ! Commence alors un incroyable et périlleux voyage…

Le film est inspiré d'une histoire vraie, celle de Christian Moullec qui fut l'un des premier à voler avec les oiseaux en ULM : "Je suis très admiratif de ce qu’il a osé et réussi à faire avec les oies sauvages, confie Nicolas Vanier, ce défi un peu fou de voler avec elles en ULM afin de leur apprendre un nouvel itinéraire de migration. Sa détermination ressemble finalement à la mienne, savoir se mobiliser pour ce qu’il reste encore à sauver dans la nature car, quand une espèce disparaît, c’est malheureusement irréversible."

La fameuse invasion des ours de Sicile de Lorenzo Mattotti

Tout commence en Sicile, le jour où Tonio, le fils de Léonce, roi des ours, est enlevé par des chasseurs... Profitant de la rigueur d’un hiver qui menace son peuple de famine, le roi Léonce décide de partir à la recherche de Tonio et d’envahir la plaine où habitent les hommes. Avec l’aide de son armée et d’un magicien, il finit par retrouver Tonio et prend la tête du pays. Mais il comprendra vite que le peuple des ours n’est peut-être pas fait pour vivre au pays des hommes..

Ce film est l'adaptation d'un conte pour enfants écrit en 1945 par Dino Buzzati. "C’est une sorte de boîte magique, ce livre, explique Lorenzo Mattotti. Prévu en 3D, le film a finalement été réalisé en 2D pour des raisons budgétaires. "On a essayé de trouver des manières d’utiliser la 2D de façon différente, ajoute-t-il, dans les décors, dans les atmosphères, en faisant ça de manière graphique et poétique."

Joker de Todd Phillips

Dans les années 1980, à Gotham City, Arthur Fleck, un comédien de stand-up raté est agressé alors qu'il ère dans les rues de la ville déguisé en clown. Méprisé de tous et bafoué, il bascule peu à peu dans la folie pour devenir le Joker, un dangereux tueur psychotique.

Pour l'anecdote, Joaquin Phoenix a demandé à Todd Phillips "d'auditionner" son rire. "Je pensais que j’avais besoin d’être capable de le faire sur commande, devant quelqu’un d’autre. C’était très inconfortable. Ça m’a pris très longtemps", explique-t-il. Pour mettre au point ce rire particulier, l'acteur s'est inspiré de malades atteints de désordres neurologiques : "J’ai regardé des vidéos de gens souffrant de rires pathologiques, un désordre neurologique qui provoque chez ces personnes un rire incontrôlable."

Nos défaites de Jean-Gabriel Périot

Nos défaites dresse un portrait de nos rapports à la politique par un jeu de réinterprétation par des lycéens, d’extraits issus du cinéma post-68, associé à des interviews de ces jeunes acteurs. Comment appréhendent-ils le monde dans lequel ils grandissent et surtout, auraient-ils envie de le changer, de le détruire ou d’en construire un nouveau ?

On va tout péter de Lech Kowalski

Pendant plusieurs mois, en 2017, Lech Kowalski a capté en cinéma direct le combat des salariés de GM&S, dans la Creuse, pour sauvegarder leurs emplois. Le récit coup de poing d'une révolte en marche.

Papicha de Mounia Meddour

Nedjma, une étudiante de 18 ans passionnée de mode, refuse de laisser les événements tragiques de la guerre civile algérienne l'empêcher de mener une vie normale et de sortir le soir avec son amie Wassila. Alors que le climat social devient plus conservateur, elle rejette les nouvelles interdictions imposées par les radicaux et décide de lutter pour sa liberté et son indépendance en organisant un défilé de mode.

(RÉ)ÉCOUTER | L'invité de 7h50 : "Papicha" : pour les femmes algériennes, "la mode comme moyen de résister"

Pour Sama de Waad Al-Kateab et Edward Watts

Waad al-Kateab est une jeune femme syrienne qui vit à Alep lorsque la guerre éclate en 2011. Sous les bombardements, la vie continue. Elle filme au quotidien les pertes, les espoirs et la solidarité du peuple d’Alep. Waad et son mari médecin sont déchirés entre partir et protéger leur fille Sama ou résister pour la liberté de leur pays

Sœurs d’armes de Caroline Fourest

L’histoire de Zara, une jeune femme yazidie qui, après avoir été enlevée et faite esclave par un djiadiste britannique converti, parvient à se sauver et rejoint une brigade de femmes combattantes qui tente de renverser le régime djiadiste.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.