Après de nombreuses semaines de fermetures, les salles de cinéma ouvrent à nouveau leur porte avec pléthore de films à découvrir. Pour vous aider à faire votre choix, Laurent Delmas et Christine Masson, mais aussi Samuel Douhaire (Télérama). Alex Vicente (El Païs) et Jordan Mintzer (Hollywood Reporter)

Retour dans les salles
Retour dans les salles © Getty

"Sous les étoiles de Paris" de Claus Drexel

avec Catherine Frot, Mahamadou Yaffa, Jean-Henri Compère

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Samuel Douhaire : "J'aime beaucoup ce film. Claus Drexel est un très bon documentariste. Là, c'est sa deuxième fiction et le film retrouve un peu ses thématiques, c'est à dire la marginalité. 

C'est un conte de fées social sur une sorcière, si l'on peut dire, une sans domicile fixe jouée par Catherine Frot, qui va prendre sous son aile un petit poucet 

Un petit migrant dont la mère a été arrêtée par la police française et va être expulsée. Et donc, elle va essayer de la retrouver. C'est une chronique dans Paris. Dans les centres de rétention à Orly. Entre réalisme et onirisme, ce film est très réussi et très émouvant."

"Mandibules" de Quentin Dupieux

avec David Marsais, Grégoire Ludig, Adèle Exarchopoulos

Jean-Gab et Manu, deux amis simples d’esprit, trouvent une mouche géante coincée dans le coffre d’une voiture et se mettent en tête de la dresser pour gagner de l’argent avec.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Jordan Mintzer : "C'est la première fois que Quentin Dupieux tente ce qu'on appelle aux Etats-Unis un buddy Comedy

C'est un peu les Dumb and Dumber français. 

Dans tous les films de Dupieux, il y a toujours un côté surréaliste. On a l'impression qu'il est vraiment libre, ce qui est génial. Mais parfois, c'est un peu ennuyant. Là, le film est un peu tenu, justement, par cette amitié qui, finalement, est assez belle malgré tout ce qu'il se passe."

"Une vie secrète" de Jon Garaño, Aitor Arregi, José Mari Goenaga

Avec Antonio de la Torre, Belén Cuesta, Vicente Vergara

Espagne, 1936. Higinio, partisan républicain, voit sa vie menacée par l’arrivée des troupes franquistes. Avec l’aide de sa femme Rosa, il décide de se cacher dans leur propre maison. La crainte des représailles et l’amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre condamnent le couple à la captivité.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Alex Vicente : "Le film raconte toute la guerre d'Espagne et surtout toute l'après guerre, car ce procès a duré très longtemps, depuis la cachette que ce partisan s'est construite chez lui. Et pour moi, c'est un film remarquable, l'un des plus intéressants que j'ai vu en cinéma espagnol depuis quelques années."

C'est un film qui participe aussi à un processus de relecture de la mémoire historique en Espagne, qui reste très fragile.

C'est toujours un sujet tabou dans mon pays."

"Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary" de Rémi Chayé

Laurent Delmas : "On sait maintenant que l'animation française est vraiment l'une des plus intéressantes au monde. Ce film en est l'un des reflets, avec de formidables aplats de couleurs, vraiment une palette de couleurs incroyables. C'est très, très beau. 

Il y a une volonté de rendre l'Ouest américain magnifique

C'est en quelque sorte le portrait d'une jeune fille, non pas en flamme ou en feu, mais en arme. C'est le seul film parmi les 40 qui vont sortir ou presque destiné aux enfants, c'est un peu dommage."

"L’étreinte" de Ludovic Bergery

Avec Emmanuelle Béart, Vincent Dedienne, Tibo Vandenborre

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Samuel Douhaire : "C'est un premier film de Ludovic Bergery, qui est comédien et ce film marque le vrai retour d'Emmanuelle Béart au cinéma, dans un vrai premier rôle, parce qu'elle s'était faite très, très rare depuis 7 ou 8 ans. C'est l'histoire, pour reprendre le titre d'un des grands films dans lequel a joué Emmanuelle Béart. 

C'est l'histoire d'un coeur en hiver qui va se réchauffer 

Emmanuelle Béart joue le rôle d'une femme d'une petite cinquantaine d'années qui vient de perdre son mari et qui revient vivre dans sa maison familiale à Neauphle-le-Château. Elle reprend des études d'allemand à la faculté. Elle rencontre des étudiants beaucoup plus jeunes qu'elle forcément. Alors on se dit, ça va être la cougar. Or pas du tout. Elle va plutôt essayer de retrouver des relations sentimentales avec des hommes plutôt de son âge. Et ça montre à la fois la difficulté des relations à l'ère de Tinder aujourd'hui. Et puis, comment accepter son âge aussi, son statut. Le film est très délicat, très juste et très touchant. D'une belle sensualité, mais juste ce qu'il faut, c'est vraiment un très joli film."

"Drunk" de Thomas Vinterberg

Avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Magnus Millang

Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure ! Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Samuel Douhaire : "C'est un film, malgré la gravité du sujet, que je trouve profondément euphorisant. Ça met la pêche. Et il y a cet acteur extraordinaire qu'est Mads Mikkelsen, qui est d'un magnétisme et d'une humanité."

"Slalom" de Charlène Favier

Avec Noée Abita, Jérémie Renier, Marie Denarnaud

Lyz, 15 ans, vient d'intégrer une prestigieuse section ski-études du lycée de Bourg-Saint-Maurice. Fred, ex-champion et désormais entraîneur, décide de tout miser sur sa nouvelle recrue. Galvanisée par son soutien, Lyz s'investit à corps perdu, physiquement et émotionnellement. Elle enchaîne les succès mais bascule rapidement sous l'emprise absolue de Fred...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Jordan Mintzer : "Noée Abita est extraordinaire dans ce film, et son entraîneur c'est Jérémie Rénier. C'est l'une de ses meilleures performances. Ce qui est intéressant dans le film c'est qu'on a quand même l'histoire de l'emprise de l'entraîneur plus âgé sur la jeune. Mais dans l'autre sens, on a l'impression qu'elle aussi s'empare de lui, d'une certaine manière, que lui est sous son pouvoir à elle. Même si c'est lui qui finit par abuser, je trouve que cet échange entre les deux est très bien mis en scène pendant tout le film."

L'équipe