... disait Jacques Demy. Voici toutes les bonnes raisons d'aller au cinéma cette semaine avec Laurent Delmas et Christine Masson

Les sorties de la semaine
Les sorties de la semaine © Getty

Le Château de Cagliostro de Hayao Miyazaki

L'histoire : Le célèbre Lupin dévalise un casino mais s’aperçoit que les billets volés sont des faux. En compagnie de son acolyte Jigen, Lupin enquête sur cette fausse monnaie qui le conduit au château de Cagliostro. Ils apprennent alors qu’une princesse, enfermée dans le château, détiendrait la clé d’un fabuleux trésor...

"Lupin" est à l'origine une série télévisée très populaire au Japon. Le Château de Cagliostro était donc une commande qui permit à Miyazaki de s'essayer pour la première fois à la réalisation... Premier essai et premier coup de maître pour ce film culte de l'animation japonaise.

Eric Clapton – Life in 12 Bars de Lili Fini Zanuck

Eric Clapton est pour des millions de gens une légende vivante du Blues et du Rock. Véritable icône, il a traversé les décennies, connaissant gloire et successions d’épreuves. Il livre pour la première fois l’ensemble de sa vie y compris ses drames les plus intimes. Mêlant archives personnelles, performances rares et témoignages inédits (B.B. King, George Harrison, Pattie Boyd, Bob Dylan, Steve Winwood...), ce documentaire retrace la destinée emblématique de celui que l’on appelle «GOD»...

Les Fauves de Vincent Mariette

L'histoire : C'est l'été, dans un camping en Dordogne, des jeunes gens disparaissent. Les rumeurs les plus folles circulent, on parle d'une panthère qui rôde... Un sentiment de danger permanent au cœur duquel s’épanouit Laura, 17 ans. La rencontre avec Paul, un écrivain aussi attirant qu'inquiétant, la bouleverse. Une relation ambigüe se noue. Jusqu’à ce qu’un prétendant de Laura disparaisse à son tour et qu’une étrange policière entre dans la danse…

Avec Les Fauves, Vincent Mariette voulait essayer de reconstituer un ressenti qu'il avait lorsqu'il était adolescent et qu'il allait faire du camping avec ses amis, en Dordogne. Le metteur en scène se rappelle : "Je me souviens de ma volonté, à l’époque, de vivre quelque chose de romanesque qui n’arrivait jamais. Et puis, j’avais envie d’une histoire qui se déroule dans la tête d’une jeune fille, aussi bien du point de vue du récit que de la mise en scène. Dans le film, tout passe par le prisme de Laura, un prisme un peu déformé par les tourments qui l’assaillent au cours du récit."

Green Book de Peter Farrelly

L'histoire : En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx, est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu’au Sud profond, ils s’appuient sur le Green Book pour dénicher les établissements accueillant les personnes de couleur.

Le film emprunte son titre à un guide de voyage intitulé The Negro Motorist Green-Book. Publié chaque année entre 1936 et 1966, il recensait les commerces et autres établissements qui acceptaient la clientèle noire. L'ouvrage était surnommé le "livre de Green", du nom de son auteur, Victor Hugo Green, un postier afro-américain de New York. Vendu dans des stations essence et par correspondance, le livre permettait aux voyageurs noirs de planifier leur trajet pour éviter tout harcèlement, toute arrestation et toute violence. L'abolition des lois ségrégationnistes Jim Crow en 1964 a rendu le "livre de Green" obsolète, dont la publication s'arrêta en 1966.

La Mule de Clint Eastwood

L'histoire : À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d'être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s'est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.

La Mule est inspiré de la vie de Leo Sharp (Earl Stone dans le film), vétéran de la Seconde Guerre mondiale. Ce dernier est devenu dans les années 80 le transporteur de drogue le plus âgé et le plus prolifique du Cartel de Sinaloa.

L’Ordre des médecins de David Roux

L'histoire : Simon, 37 ans, est un médecin aguerri. L’hôpital, c’est sa vie. Il côtoie la maladie et la mort tous les jours dans son service de pneumologie et a appris à s’en protéger. Mais quand sa mère est hospitalisée dans une unité voisine, la frontière entre l’intime et le professionnel se brouille. L’univers de Simon, ses certitudes et ses convictions vacillent...

L’Ordre des médecins est directement inspiré du frère de David Roux. D’ailleurs, s’il n’avait pas validé le scénario, le metteur en scène aurait abandonné le projet. Mais il y a tout de même plusieurs choses qu’il n’a pas vécues de la même façon que Simon, le personnage principal. "Les histoires vécues ne font pas forcément des films. Il ne suffit pas d’injecter des anecdotes très fidèles à la réalité, il faut ensuite que le récit impose sa loi. La fiction a rapidement repris le dessus : le personnage du père par exemple, qui est un peu perdu, un peu hagard, est très éloigné de la réalité. Mon père, qui est médecin lui aussi, savait tout, comprenait tout. Ça ne devait d’ailleurs pas être moins terrifiant…", raconte David Roux.

Un berger et deux perchés à l’Élysée de Philippe Lespinasse et Pierre Carles

L'histoire : L’ancien berger, Jean Lassalle, décide de se présenter à l’élection présidentielle. Ni une ni deux, Pierre Carles et Philippe Lespinasse, deux réalisateurs étiquetés de gauche, mais un peu perdus politiquement, décident de passer à l’action : Ils se proclament ses conseillers de campagne, avec l’ambition secrète de révéler sa vraie nature, celle d’un révolutionnaire anticapitaliste, égaré chez les centristes depuis 30 ans !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.