... et il ajoutait : "Au fond, c'est peut-être mieux pour être comédien, avoir une tête de rien, pour tout jouer." Il y a dans les sorties de la semaine quelques têtes d'acteurs qui pourraient vous inspirer.

Les sorties de la semaine
Les sorties de la semaine © Getty

Je vois rouge de Bojina Panayotova 

L'histoire : Après 25 ans passés en France, Bojina retourne en Bulgarie avec un soupçon vertigineux : et si sa famille avait collaboré aux services secrets du régime communiste ? Caméra au poing, elle embarque ses parents dans une quête effrénée qui menace de tourner à la catastrophe. Dans son obstination à trouver la vérité, elle se voit dépassée par ses propres méthodes qui ressemblent étrangement à celles du passé. 

Une odyssée tragico-comique qui mélange le film d’espionnage et le film de famille.

La Miséricorde de la jungle de Joël Karekezi 

1998, région du Kivu, à la frontière entre le Congo et le Rwanda. Alors que la deuxième guerre du Congo fait rage, le sergent Xavier, héros de guerre rwandais, et le jeune soldat Faustin perdent la trace de leur bataillon. Ils se retrouvent alors isolés et sans ressources pour faire face à la jungle la plus vaste, la plus dense, et la plus hostile du continent. Eprouvés par la faim, la soif et la maladie, ils devront faire face à leurs propres tourments, et à ceux d’un territoire ravagé par la violence.

Depuis les événements traversés par sa famille et son peuple, Joël Karekezi est hanté par les questions liées au génocide et à la guerre. Son expérience lui fait haïr la violence. En tant que survivant, il a décidé de devenir un avocat de la paix et veux, pour cela, raconter son histoire et transmettre celles qui lui ont été contées.

Monrovia, Indiana de Frederick Wiseman 

Monrovia, petite ville agricole du Midwest américain compte 1400 habitants, dont 76% ont voté pour Trump aux dernières élections présidentielles. Des salles de classe aux réunions municipales, du funérarium aux foires agricoles locales, Frederick Wiseman nous livre une vision complexe et nuancée du quotidien de cette communauté rurale, portrait d’une Amérique souvent oubliée et rarement montrée.

Durant les neuf semaines de tournage, les habitants de Monrovia ont été accueillants, aimables et serviables. "Ils m’ont laissé voir tous les aspects de leur vie quotidienne", se souvient Frederick Wiseman. "Ce qui m’a le plus surpris à Monrovia, c’est le manque de curiosité et d’intérêt qu’ils manifestent pour le monde extérieur à leur ville. Je n’ai entendu personne manifester d’intérêt pour ce qui se passe en Europe, en Asie, ou ailleurs dans le monde. Lorsqu’ils sont confrontés à un problème, ils tirent des réponses, des analyses littérales de la Bible et de ses variantes fondamentalistes. Aucun scepticisme, pas de doutes."

90's de Jonah Hill 

Dans le Los Angeles des années 90, Stevie, 13 ans, a du mal à trouver sa place entre sa mère souvent absente et un grand frère caractériel. Quand une bande de skateurs le prend sous son aile, il se prépare à passer l’été de sa vie…

S'il s'agit de sa première réalisation, Jonah Hill ne raconte pas pour autant une histoire autobiographique dans 90's. En revanche, il s'est inspiré d'un milieu qu'il a beaucoup fréquenté dans son adolescence : le skate : "je passais ma vie au tribunal, que l’on a recréé à l’identique dans le film, avec les graffitis et tout ce qui s’y trouvait à l’époque. Je n’étais pas très bon skateur, mais je cherchais avant tout à trouver une tribu, un groupe d’amis. [...] Alors même si le film ne raconte pas mon histoire, la toile de fond du tribunal et de LA est la même que celle dans laquelle j’ai grandi".

Aller + loin

  • Retrouvez toute l'actualité ciné sur France Inter en vous abonnant au fil de podcast Le ciné-club d'Inter sur Itunes ou via RSS
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.