Les sorties cinématographiques de la semaine passées au crible par Christine Masson et Laurent Delmas.

Quelques-unes des sorties de la semaine
Quelques-unes des sorties de la semaine

"Les Âmes mortes", de Wang Bing 

Chine

Distribué en trois parties, il dure au total 8h15. Dans la province de Gansu au nord-ouest de la Chine, les ossements d'innombrables prisonniers morts de faim il y a plus de 60 ans gisent dans le désert de Gobi. Qualifiés d'ultra-droitiers lors de la campagne politique anti-droitiers de 1957, ils sont morts dans les camps de rééducation. Le film va à la rencontre des survivants pour comprendre qui étaient ces inconnus.

Ce documentaire rejoint une sorte de trio sur la mémoire des totalitarisme : Claude Lanzmann, Patricio Guzmán et Rithy Panh. 

"Cold War", de Pawel Pawlikowski 

Pologne, Prix de la mise en scène à Cannes

Pendant la Guerre Froide, entre la Pologne stalinienne et le Paris Bohême des années 1950, un musicien épris de liberté et une jeune chanteuse passionnée vivent un amour impossible dans une époque impossible. Ou comment la politique - en l'occurrence un communisme pur et dur - va avoir un impact dans les méandres les plus intimes d'une histoire d'amour. L'histoire est inspirée de celle des parents du réalisateur.

Un mélodrame assumé, des noirs et des blancs accentués... parfois l'esthétique semble un peu l'emporter sur la profondeur de l'histoire, c'est mon bémol...

"Le Grand Bain", de Gilles Lellouche 

France

Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres se retrouvent une fois par semaine à la piscine. 

Un groupe improbable de quinquas largéus : boulot, amour, solitude dépression... et réunis par la natation synchronisuée. Ensemble, ils se racontent, se réchauffent. Ils vont peut être trouver dans cette discipline l'énergie et la volonté qui manquent à leur existence.

L'idée est drôle et le casting cinq étoiles.

"People That Are Not Me", de Hadas Ben Aroya 

Israël

Premier film de la jeune réalisatrice Hadas Ben Aroya, qui est aussi l'actrice principale et la productrice de ce film. Elle interprète Joy, qui entretient une relation d'amour / haine à ses rapports sexuels occasionnels. Sa vie se résume à son appartement et sa rue, où vit son ex. La description du désarroi amoureux d'une jeunesse, la contradiction des sentiments, la lâcheté aussi, et puis ce mélange de dialogue très cru mais aussi très intello qui donne beaucoup de charme à l'ensemble.

Extraordinairement formidable !

"La tendre indifférence du monde", Adilkhan Yerzhanov

Kazakhstan

C'est l’histoire de la belle Saltanat et de son chevalier servant Kuandyk, qui sont amis depuis l’enfance. Sa famille à elle est criblée de dettes, donc va dans la grande ville où elle est promise à un riche mariage. Elle est escortée par son ami d'enfance... Mais là, la ville et ses cruautés les attendent.

Ça fait un peu scénario à l'eau de rose, comme ça, mais c'est une revendication assumée à une sorte de naïveté, de beauté, de poésie qui traverse tout le film avec une attention à l'esthétique qui est tout à fait étonnante et qui rend le film encore plus charmant. 

"Le Procès contre Mandela et les autres", de Nicolas Champeaux et Gilles Porte 

France

Tout est remarquable dans ce documentaire. Reparler d'un grand moment de l’histoire, le procès en 1963 contre Mandela et huit de ses camarades de l'apartheid, qui risquent la peine de mort, les 256 heures d'archives sonores restaurés et donc sauvées par un Français, Henri Chamoux, l'animation pour combler le manque d'image puisque rien n'a été filmé de ce procès, enfin la force des témoignages et l'émotion des survivants... L'intelligence de l'argumentaire à l'époque consistant à transformer ce procès en tribunal contre l'apartheid. 

Un documentaire rigoureux et complètement bouleversant !

"Six portraits XL", programme 1 : Léon et Guillaume ; 2 : Jacquotte et Daniel ; 3 : Philippe et Bernard, d'Alain Cavalier 

France

Alain Cavalier a suivi un jeune boulanger pâtissier, un comédien, un cordonnier... avec cette formule qui est signé de lui "sans scénario, sans acteur, sans équipe, sans budget, offert par la vie avec l'aide du temps"

Un très très grand cinéma

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.