Catherine Locandro

Catherine Locandro
Catherine Locandro © David Ignaszewski / Koboy

Catherine Locandro est née à Nice en 1973 et vit actuellement à Bruxelles. Elle travaille dans le domaine de l’audiovisuel lorsqu’elle publie son premier roman, Clara la nuit , qui remporte le prix René Fallet en 2005. Cette scénariste – primée en 1997 pour L’Amour est à réinventer , dix histoires d’amour au temps du sida – publie son quatrième roman chez Eho, après Les Anges déçus (2007), Face au Pacifique (2009) et L’Enfant de Calabre (2013).

Son livre :

livre locandro
livre locandro © Radio France

L'histoire d'un amour Catherine Locandro Paru le 21 août 2014 Éditeur Héloïse d'Ormesson

Au comptoir de l'Alfredo, en face du lycée où il enseigne la philo, Luca lit La Repubblica . Ce matin-là, un article le ramène en 1967 lorsque, figurant pour une émission de variétés de la RAI, il croisa la Chanteuse. S'ensuivit une liaison, aussi ardente que brève, avec cette diva tristement célèbre pour sa tentative de suicide après la mort tragique de son compagnon. Une passion qui fit de Luca un homme à part, à distance du monde. Les révélations de ce journaliste lui offrent la chance de reprendre son existence en main.Au gré d'évocations romaines - les ruelles bruyantes du Trastevere, la boucherie-triperie de la Via della Scala -, Catherine Locandro nous livre un roman sur la perte amoureuse et le poids des secrets, tout en délicatesse et émotion.

Alma Brami

Alma brami
Alma brami © Stéphane Haskell

Avec J'aurais dû apporter des fleurs , son sixième roman, Alma Brami confirme son talent d'écrivain.

Son livre :

livre alba brami
livre alba brami © Radio France

__

__

__

__

__

__

J'aurais dû apporter des fleurs Alma Brami Paru le 21 août 2014 Éditeur Mercure de France

« N'apporte rien. Gérault, on a tout ! » Toujours cette générosité qui écrase. Ben tiens, c'est vrai, qu'est-ce que je pourrais bien leur apporter, moi, dans leur foyer parfait ! Une pauvre bouteille de pinard ? Qui sera bu le nez bouché avant d'entamer les grands crus de leur cave à vin personnelle. Des fleurs ? Qui se retrouveront dans l'évier, humiliées par tous les bouquets qui, eux, auront eu le privilège de trôner dans des vases. Mieux vaut des mains vides et l'honneur sauf, qu'un « oh, mais fallait pas » qui accable. Fallait pas, vraiment pas. tu nous déranges avec ton cadeau minable, remporte-le.Je viendrai avec rien. Rien et mon manteau et malgré tout, peut-être qu'ils auront droit à mon sourire, peut-être, si je suis grand seigneur.Gérault tente d'offrir une image idéale de lui-même, mais quand on est seul, au chômage à cinquante ans, ce n'est pas chose facile. Homme empêché, il s'interdit de dire ce qu'il pense et retient en lui sa colère, sa violence. Sa voix intérieure prendra-t-elle peu à peu le dessus ?Ironique et tendre, Alma Brami révèle un personnage lucide, terriblement humain, reflet des travers de notre société tout entière.

MÉMOIRES D'ÉCRIVAINS

Truman Capote - 3e Tableau - Biographie romancée

"Le jour où j’ai compris que je devenais un sujet à la mode"

Le coup de cœur de Brigitte Kernel

Le livre :

livre rimbaud
livre rimbaud © Radio France
__ __ _**Arthur Rimbaud à Charleville : la maison des ailleurs**_ **Pascal Boille** Paru le 28 octobre 2014 Disponible, Broché 12,00 EUR Éditeur Belin Visite de la ville de Charleville-Mézières, où le poète a habité durant six années, dans l'univers de son enfance.C'est dans la maison de Charleville que le poète vécut avec sa mère, son frère et ses deux sœurs de 1869 à 1875. C'est précisément pendant cette période qu'il écrira la plus grande partie de son œuvre poétique, entre 15 et 21 ans. En 2004, lors de la célébration du 150e anniversaire de sa naissance, la ville de Charleville-Mézières fait l'acquisition de cette maison et en confie la scénographie à l'architecte allemand Bern Hoge. La « Maison des Ailleurs » vient de naître, baptisée par cette expression chère au poète, qui ne cessera de partir, lui qui est hanté par le voyage et pour qui le départ représente une promesse d'exaltation. Pascal Boille nous prend par la main et, en véritable Cicerone, de la gare - si fréquentée par Rimbaud - aux alentours de la maison, où nous nous arrêtons longuement, il nous fait visiter la ville et l'univers de l'enfance si détestés et en même temps aimés du poète, comme les départs et retours à Charleville qui scandent toute la vie de Rimbaud l'attestent. L'ouvrage réussit le pari de faire de nous des promeneurs éveillés sur les pas de « L'homme aux semelles de vent », de véritables voyageurs. ### La visite impromptue de Tatiana de Rosnay et de Pascale Clark [https://plus.google.com/+FranceInter/posts/Gr1JEVD6zHa](https://plus.google.com/+FranceInter/posts/Gr1JEVD6zHa)
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.