Emmanuel Kasarhérou

Emmanuel Kasarhérou
Emmanuel Kasarhérou © Radio France

Chargé de mission à l’Outre-mer au musée du quai Branly

L'exposition :

expo kanak
expo kanak © Radio France

Musée du quai Branly Galerie Jardin15 octobre 2013 / 26 janvier 2014

Où l’on montre maintenant de sublimes objets d’art qui furent d’abord effrayants et abominables ; et comment, dans le mouvement de l’histoire, le regard se construit.Cette exposition, la plus importante réalisée depuis ces 20 dernières années sur la culture kanak, rassemble sur les 2000 m² de la Galerie Jardin plus de 300 œuvres et documents exceptionnels issus de collections publiques d’Europe (Autriche, Suisse, France, Allemagne et Italie) et de Nouvelle-Calédonie. Elle dévoile de nombreuses pièces inédites et spectaculaires parmi les grandes œuvres classiques du monde de l’art kanak : chambranles sculptés des Grandes maisons, haches ostensoirs de jade, sculptures faitières, statuettes et ornements d’une large diversité. 22 ans après l’exposition De jade et de nacre organisée par la Réunion des Musées nationaux à Nouméa puis à Paris, le musée du quai Branly propose une exposition fondée sur des informations et des corpus d’objets inédits, en s’appuyant sur les nouvelles données muséographiques (inventaire quasi complet des objets des collections publiques mondiales, repérés durant 30 ans de recherches), vernaculaires (collecte du patrimoine kanak immatériel menée depuis 10 ans) et issues de la recherche anthropologique et historique. L’exposition revisite le patrimoine artistique kanak suivant un parcours principal intitulé « les cinq visages », caractérisé par la présence forte de la parole kanak, et un parcours parallèle intitulé « les reflets », qui explique l’évolution du regard occidental sur le monde kanak par l’accumulation de témoignages documentaires.INFORMATIONS PRATIQUES

lien_emission_kanak_guerre
lien_emission_kanak_guerre © Radio France

Evénement(s) lié(s)

Kanak, l'art est une parole

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.