Françoise Sagan

À dix-neuf ans, Françoise Sagan connaît la gloire avec Bonjour tristesse. Des pièces de théâtre, de nombreux romans ont suivi. Tous ont rencontré le succès. Elle a écrit elle-même sa rubrique nécrologique dans Le Dictionnaire des auteurs, publié sous la direction de Jérôme Garcin : « Fit son apparition en 1954 avec un mince roman, Bonjour tristesse, qui fit un scandale mondial. Sa disparition, après une vie et une oeuvre également agréables et bâclées, ne fut un scandale que pour elle-même. »

sagan 8
sagan 8 © Radio France

Des bleus à l'âme Françoise Sagan Paru le 3 novembre 2010 Editeur LGF

Sébastien et Eléonore Van Milhem, frère et soeur, désargentés, traînent leur mélancolie dans de luxueux appartements parisiens. Se pressent autour d'eux Nora, une Américaine aussi riche que mûre, Bruno, jeune premier du cinéma français, Robert, un célèbre imprésario.Sébastien et Éléonore, frère et soeur, complices inséparables, la quarantaine proche, se retrouvent à Paris. Également beaux et blonds, comme il se doit, les voici nonchalamment installés dans un meublé de hasard, parfaitement désargentés et parfaitement disponibles.Presque aussitôt, se pressent autour d'eux Nora, une Américaine aussi riche que mûre, Bruno, jeune premier du cinéma français, Robert, un célèbre imprésario...Françoise Sagan nous offre ici ses sentiments, elle nous parle de sa vie et se met en scène comme rarement.Elle utilise le « je » pour justifier ses choix et lui redonne, dans une pirouette finale, son statut romanesque.Une oeuvre admirable.

halimi
halimi © Radio France

Françoise Sagan, conversation avec André Halimi Paru le 6 avril 2011 Distributeur Harmonia mundi Editeur Radio-France

Ces entretiens datent de 1973 et mettent au jour la complicité entre F. Sagan et A. Halimi, ce qui permet à la romancière de laisser libre court à sa fantaisie. Elle évoque son oeuvre, ses lectures et la vie qui passe.L'air de ne pas y toucherFace à Françoise Sagan, André Halimi. Dès les premières minutes, une grande complicité s'installe entre eux et s'ensuit une conversation à bâtons rompus où l'intelligence mène le bal. C'était en 1973 pour France Culture, à son domicile parisien, rue Guynemer.La politique, les enfantillages, la vie, la vieillesse, la mort, les hommes et les femmes, l'alcool, la fête, le sexe. Tout y passe et y repasse, avec l'air de ne pas y toucher. Elle revient sur la « Femme Sagan », un être « vrai et libre », loin des clichés si souvent véhiculés à son encontre. Un rendez-vous à ne pas manquer...

www.kiosque.radiofrance.fr

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.