Comme chaque semaine, Thomas Chauvineau nous présente une biographie. Aujourd'hui c'est celle du frère aîné de Napoléon. Le méconnu Joseph

Bientôt à la date anniversaire du coup d'état du 18 brumaire. Napoleon devient premier consul, le 9 novembre 1799 alors pourquoi ne pas se plonger dans cette biographie très érudite de Joseph Bonaparte, qui s'appelle tout simplement Joseph Bonaparte, signée Thierry Lentz. Thierry Lentz c'est l'une des références de l'histoire napoléonienne. Il dirige la fondation Napoléon, il a écrit une trentaine de livres sur la période. Il fait le constat que ce pauvre Joseph passe à la trappe. Des biographies sur les généraux de Napoléon, sur la femme de Napoléon, il y en a et elles sont revues, augmentées, corrigées au fur et à mesure que les historiens découvrent de nouvelles pièces, sur ce pauvre Joseph, rien nada, et pourtant, c'est en partie grâce à lui que Napoléon devient premier consul. En 1799 Napoléon se bat en Egypte, loin de Paris, et c'est son frère qui lui garde la place bien au chaud, œuvre en coulisse pour lui assurer, après le coup d'état, sa place de premier consul.

Ce qui est fascinant dans cette biographie, c'est qu'on peut y lire la relation très ambiguë, très particulière qu'ont les deux frères. Un passage constant entre l'amour, la fascination, la détestation.

Un exemple Napoléon écrit : « mon frere est très bon pour être un grand homme... très instruit mais des connaissances qui ne sont pas celle qu'on attend d'un roi »

Et bim !

Pourtant, une fois au pouvoir Napoléon le fait roi de Naples puis roi d'Espagne.

Une rivalité freudienne là dedans. Sigmund lui même c'est mêlé de l'histoire. Il a sa théorie. Il a écrit sur la relation des deux frères Bonaparte : « le frère ainé est le rival naturel, le cadet éprouve à son égard une hostilité élémentaire éliminer Joseph, prendre sa place, devenir lui même Joseph ont du être chez Napoléon enfant, le sentiment moteur le plus fort »

D'ailleurs jusqu'à ce que Napoléon arrive au pouvoir, c'est le grand frère qui a l'ascendant. C'est lui qui gère la famille, entre une mère qui ne sait pas écrire et un père souvent absent. Mais c'est un chef de clan qui se laisse aussi aller aux émotions. Il y a cette scène très touchante, qu'on trouve dans les écrits de Joseph, quand ils se séparent pour la première fois de leur vie, pour aller faire des études sur le continent, ils ont 10/12 ans. Joseph pleure, Napoléon lui n'a qu'une seule larme, vite écrasée...

Joseph, il aspire à un chose, être gentleman farmer, avoir ses propriétés, vivre bien, surtout pas dans le besoin. Sa famille a eu des revers de fortune quand il était jeune, Napoléon, c'est un boursier quand il fait ses études militaires.

Joseph, ce qu'il veut c'est la dolce vita.

Mais : il y a la famille. Et entre dolce vita et famille, il choisit famille. Il accepte les missions que lui confie son frère, même si ce n'est pas son truc. il fait même plutôt bien le job. Diplomate, c'est lui qui trouve un accord de paix avec l’Angleterre. Un accord coton. Après la signature, son frère le fait applaudir à l'opéra. Et même temps dès qu'il peut Napoléon l'humilie.

Il le traite même de con. C'est le mot qu'il emploie au moment de la capitulation de Paris.

Ce qui rend finalement sa liberté à Joseph, c'est la fin de l'empire.

Napoléon est exilé à Saint Hélène, Joseph part aux États-Unis, où il est enfin heureux, et même influent, pendant 25 ans. Même si de sa prison, le cadet continue de l'emmerder.

à Saint-Hélène il écrit ses mémoires, et il raconte cette anecdote de jeunesse, leur oncle est mourant, il a beaucoup compté cet oncle. Il fait venir les deux garçons. Et là selon ce que Napoléon publie dans ses mémoires, l'oncle aurait dit dans son dernier souffle à Joseph « tu es l'ainé mais Napoléon est chef de famille ne l'oublie jamais... » Faut imaginer Joseph bien tranquille aux états unis, qui a enfin sa vie de gentleman farmer et qui lit les mémoires de son frère... Jusqu'à présent il avait toujours laissé courir pour ne pas tâcher la légende Napoléon mais là, pour une fois, il a écrit une longue lettre pour démentir cette partie des mémoires.

Aux États-Unis, il laisse des traces. On est bien après sa mort, Jackie Kennedy fait la visite guidée de la Maison Blanche pour une émission de télé type C déco, ça existait déjà en 1960. Et là au cours de l'émission elle s'arrête devant une console et dit : « ce meuble magnifique vient du frère de Napoléon, Joseph Bonaparte »

Voilà il suffit d'un meuble pour conquérir l’Amérique, ce que Napoléon n'avait même jamais imaginé.

et il revient s'éteindre au vrai pays de la dolce vita, à Florence à 76 ans.

Programmation musicale

  • THE LAST SHADOW PUPPETS

    THE LAST SHADOW PUPPETS

    Aviation

    Label : DOMINO2016

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.