prends garde
prends garde © Liana Levi / Liana Levi

"Prends garde" dans la collection Piccolo chez Liana Levi c'est deux livres en un. D'un côté l'histoire avec Luciana Castellina et de l'autre le roman avec Milena Agus. Un livre tête-bêche.

C'est tout à fait original. Luciana Castellina est historienne et une figure de la gauche italienne. Elle nous raconte le 7 mars 1946 et la révolte des Pouilles. Une epoque peu relatée même en Italie. En fait une guerre civile et sociale. Ce 7 mars une foule d'ouvriers agricoles et leurs familles se rassemble sur la place de la petite ville d'Andria pour un meeting syndical, face a la demeure des soeurs Porro, 3 vieilles filles et une veuve. Un coup de feu éclate depuis le toit et la foule se dechaine. Les soeurs sont extirpées de leur maison. Deux seront lynchées.

L'Italie du sud est en plein chaos : les alliés ont débarqué, le parti faciste est dissous, les réfugiés et les soldats perdus déferlent sur les pouilles. La région est en proie à la violence, la misère, le chômage. C'est aussi la confrontation physique d'un conflit vieux de plusieurs générations entre ouvriers agricoles et propriétaires terriens et entre le monde de la terre et les politiciens, élites lointaines.

On retourne le livre et c'est le roman de Milena Agus.

Milena Agus fait, elle, parler une des amies des sœurs Porro. Des femmes engoncées dans leur croyance, riches, qui font des dons aux bonnes œuvres, certaines de toujours avoir fait ce qu'il fallait. Elles sont victimes de leur isolement, de l'exaspération de cette population qui meurt de faim sous leurs fenêtres. Ce livre en résonance est passionnant. On voit le travail de la littérature. Comment un auteur s'approprie les faits, s'engouffre dans les silences de l'histoire, donne corps à des personnages laissés dans l'ombre. C'est un bel exercice littéraire qui double le plaisir du lecteur qui a parfois envie d'aller chercher la grande histoire derrière celle du roman. Liana Levi l'a fait pour nous avec des auteurs de talent. Brillante idée.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.