Deja Lucien n'aime pas le lundi et pour lui le mardi est maudit. Ce sont les deux premiers romans qui nous font faire la connaissance de Lucien. Cette fois encore c'est a cause de son amour de Fatou, sa petite amie, que tout arrive. Lucien n'est pas très drôle, il est grognon, râleur et n'aime pas beaucoup de choses. Et Fatou qui a elle-meme son petit caractére voudrait qu'il soit gentil. Mais ça ne se fait pas comme ça. Etre gentil n'est pas forcement inné. Donc ça se travaille. Lucien va faire de nombreuses gaffes avant de se dire que ce n'est pas si mal la gentillesse. Attention gentil mais pas poire. C'est sa grande peur. Et Lucien fait de gros efforts. Il s'applique et on sourit sans se moquer. Et puis on fait comme lui on écoute les conseils de mamie. Une mamie qui parle en dictons, metaphore et petits noms insolites, qui adore recevoir des sms et qui découvre skype. C'est drôle, realiste sans etre cruel. C'est aussi une bonne source de réflexion. Cet ado est décidément de plus en plus sympathique au fil des aventures que lui concocte Jérôme Lambert. Lucien est bien ancré dans son époque. Il s'instruit sur internet. Son copain Croûton est vissé a ses jeux vidéos mais est plein de bon sens et c'est vraiment un pote infaillible. Sandra a un surnom de Pokemon et dans son genre est une fashion victime et Fatou règne sur ce petit monde. Certes les parents sont plutôt enfermés dans leurs vies et surtout leur travail ou leur derniére lubbie. En fait ils sont peu présents pour Lucien mais c'est aussi le quotidien de bien des jeunes et il s'en sort, lui, plutot bien.Un roman pour ado certes mais que certains parents feraient bien de lire.

mercredi gentil
mercredi gentil © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.