l'homme au masque de verre
l'homme au masque de verre © 10/18 / 10/18

Un roman qui nous plonge dans le Paris de Henri III et où on retrouve, avec grand plaisir les personnages de "La femme sans tête". A commencer par le charmant mais rigoureux Jean du Moncel commissaire au Châtelet. Les fiançailles prochaines de sa sœur Antoinette ravivent la plaie de son amour pour la jeune Sybille Le noir. La fille de l'apothicaire, qu'il a défendu, a disparu et laissé là leur histoire naissante.

Mais ce qui préoccupe Jean en ce moment ce sont ces noyés que la seine rejette. Nus, ils ont dans la bouche un agglomérat de métaux bien étrange. Et puis il y a ces corps volés la nuit à Montfaucon ou au cimetière des Innocents. Ces enquêtes s'entremêlent et entrainent le jeune commissaire dans le monde des alchimistes et dans l'entourage du célébré Ambroise Paré. Le chirurgien des rois combat la faculté et sa pratique de la médecine lui fait risquer la peine de mort. On constate aussi que la guerre des polices avait déjà lieue entre les officiers du Chatelet et ceux du Prévôt de Paris.

Et les descriptions du Paris de l'époque sont plutot glaçantes. Odeurs nauséabondes, trafics en tous genres et là-haut sur la colline au-delà de la porte St Martin, le sinistre gibet de Montfaucon qui surplombe la ville montrant a tous les corps de dizaines de suppliciés. L'époque n'était pas à la tolérance. Et puis il y a la condition des femmes. Beaucoup d'interdits. Que brave d'ailleurs la jolie et impétueuse Sybille. La jeune fille veut suivre les cours de médecine interdits aux femmes. Là aussi on encourait la peine de mort. Enfin entrera dans le jeu le secret et inquiétant bureau des affaires extraordinaires.

Tout cela concoure à une atmosphère dont Viviane Moore a le secret avec un ton juste, captivant, des personnages bien campés dans une époque que l'auteur a étudié. On le lit d'une traite. Un seul reproche c'est trop court...on voudrait continuer à vivre l'aventure un peu plus longtemps. On espère une suite et je le dit avec gourmandise.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.