Bari est une petite fille qui vit en Corée du nord avec ses 6 soeurs. 7 filles donc a la plus grande fureur du père. Au point qu'a sa naissance, sa mère affolée l'abandonne en pleine campagne, d'où son nom. Bari veut dire "abandonnée". Sa grand-mère la sauve mais les malheurs ne font que commençer. Le pére fonctionnaire d'Etat est arreté, la famille jetée dehors et dispersée. Puis comme des milliers de coréens du nord, Bari,une de ses soeurs et sa grand-mère vont connaitre la famine des années 90. Ce que nous raconte alors Hwang Sok-Yong est effroyable. Les cadavres d'hommes, de femmes et d'enfants jonchent les chemins et les champs. Seule issue traverser la riviére qui fait frontière et passer en Chine. Bari se retrouve seule avec son chien Chilsong. A 13 ans elle va errer. Or elle a un don : celui de communiquer avec son animal et surtout celui de voir et de parler aux ames des morts. Mais ce refuge sera de courte durée. Un peu de répit pendant lequel elle apprend l'art du massage et son don lui permet de soulager les maux des gens. Mais la mafia fait irruption dans le salon ou elle travaille pour reclamer une dette. Bari est entrainée dans la fuite, embarquée a fond de cale dans un cargo qui trafique les etres humains, elle sera l'une des seule survivante de cette terrible traversée qui la mène en Angleterre ou elle rejoint la cohorte des clandestins. On vit alors avec elle, le melting pot britannique des quartiers ou africans, pakistanais, chinois vivent ensemble. A l'origne princesse Bari est une legende coréenne. Ici Hwang Sok-Yong lui donne une modernité. C'est un roman foisonnant ou l'irrationnel se méle a la realité ou le reve et la legende cotoie le sordide de l'exil forcé et de la precarité. Mais Bari est une fille lumineuse. Un roman surprenant, different.

Princesse Bari de Hwang Sok-yong chez Picquier
Princesse Bari de Hwang Sok-yong chez Picquier © Radio France
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.