Après l'orage
Après l'orage © Métailié / Métailié

Un garage perdu dans le nord de l'Argentine.

Il fait chaud, très chaud. Le révérend Pearson et sa fille Léni traversent le pays pour porter la bonne parole. Leur vieille voiture, tombée en panne, une bonne âme les amènes dans ce garage, isolé, dans la province du Chaco. Là il y a El gringo et José surnommé Tapioca. Sous la chaleur écrasante, que faire en attendant la réparation. C'est évident pour le révérend : parler de Dieu à José, ce garçon qui parle si peu.

Dieu et le Christ une obsession pour Pierson. Et il trouve un cœur pur chez le garçon abandonné par sa mère dans ce garage. L'absence de la mère c'est ce qu'il a d'ailleurs en commun avec Léni, qui se rappelle, elle, très bien ce jour où le révérend a laissé sa mère sur le bord de la route avec une valise.

Tapioca ne sait du monde que ce qu’El gringo lui apprend du bien et du mal et qui le fait respirer au plus près de la nature. Parfois on se dit qu’El Gringo est un sage. Leni, elle, est déjà adulte, à la fois exaspérée par son père et en admiration devant le révérend quand il prêche.

Et l'orage éclate. D'un coup. Dans cette province quasi-désertique, la pluie aussi violente soit-elle est la bienvenue. Et bizarrement alors que l'orage se déchaine, pour tous les 4, refugiés dans la cabane, la promiscuité fait de ce moment un partage. El Gringo et le révérend se laissent aller à des confidences. Mais une fois la nature calmée c'est à nouveau l'affrontement entre les deux hommes.A l'issue de ce duel, les vies sont bouleversées.

Il n'y a pas un mot de trop dans le récit de Selva Almada, on sent la moiteur, la dureté du soleil, la solitude, la tendresse, la mélancolie. C'est sobre et très efficace. On ferme le roman avec le sentiment d'abandonner à notre tour l'un des personnages et on ressent même un petit pincement au cœur.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.