Il y a ceux qui racontent et ceux qui se taisent. La guerre civile, l'exil, la défaite et le non-retour. À la mort de la grand-mère Rita, sa petite-fille reçoit en héritage un meuble qui la fascine. Elle y trouvera des secrets de famille. C'est ce que nous conte avec passion et tendresse Olivia Ruiz

Olivia Ruiz à Cannes en 2014
Olivia Ruiz à Cannes en 2014 © Getty / Toni Anne Barson/FilmMagic

Ah cette commode fermée à clés ! Ils en ont imaginé des histoires les petits-enfants de Rita, l'abuela, la grand-mère, et ça l'amusait. Aujourd'hui sa petite fille va faire un voyage émotionnel dans un passé où elle a tout à découvrir

Cette nuit est celle de la révélation, les tiroirs s'ouvrent

Un acte de naissance, un sac de graines, un foulard bleu, un carnet. Écoute jeune femme, le récit de vies bouleversées par la folie des hommes. Abuela raconte : L'Espagne, la guerre civile, l'arrivée de 3 sœurs à Narbonne. Elle dit : le racisme, son métier de couturière, l'amour fou de Rafael, la survie grâce à André. Mais ce que Rita transmet c'est la force de vie des femmes...

Si longtemps enfermés, ces objets insignifiants,  sont un lien d'une force incroyable entre une petite fille et sa grand-mére. Le silence s'achève, la lancinante douleur du déracinement s'exprime. La narratrice sait maintenant d'où elle vient, à elle de transmettre désormais.   

La commode aux tiroirs de couleurs d'Olivia Ruiz au Livre de poche  

Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés