Adam Lozanitch, jeune étudiant en lettre à Belgrade est chargé par un homme mystérieux de réécrire certains passages d'un livre publié il y a des décennies. Au détour de chapitres, Adam a la sensation de ne pas être seul dans sa lecture, d'y voir des gens qu'il croise ensuite dans son quartier...

Et si les livres étaient des mondes parallèles ? Surtout celui d'Anastase Branitza. Dans ce livre écrit pour une Nahatalie, on découvre une villa merveilleuse et un parc enchanteur.  

Mais c'est la jeune Natalia Dimitrievitch qui, amoureuse en secret d'Anastase, s'y promènera des années plus tard, vieille dame accompagnée par sa lectrice Ieléna. C'est là qu'Adam les rencontre vraiment. Si, si pourtant elles habitent prés de chez lui dans le Belgrade d'aujourd'hui. Pour ce drôle de travail, Adam doit modifier dans le livre les éléments du décor. D'abord déstabilisé, l'étudiant, au milieu des autres lecteurs, va devenir maitre de ce mouvement pendulaire entre deux mondes. 

Une harpe dont le vent joue, un livre de marocain rouge, une froide chambre d'étudiant, un secrétaire en bois de rose et de citronnier avec 69 petits tiroirs, une dame âgée qui oublie et un dictionnaire d'anglais, dans quel monde Adam et Iéléna sont-ils amoureux ? La vie ou les livres ? Et vous quel univers choisiriez-vous ? 

Soixante-neuf tiroirs de Goran Petrovic chez Zulma poche

L'équipe
Contact
Thèmes associés