En cette rentrée littéraire, Le Livre de poche publie un roman qui a bouleversé les lecteurs et obtenu le Goncourt des lycéens 2016.

Gaël Faye en 2017
Gaël Faye en 2017 © AFP / GUILLAUME SOUVANT

Le 5 aout dernier, Paul Kagamé était réélu à la présidence de la république du Rwanda, 17 ans après le génocide qui a fait plus de 800 000 victimes.

"Petit pays" de Gaël Faye

C'est un roman qui laisse des traces profondes. Les années 90, le Rwanda, le Burundi et le génocide qui couve. A Bujumbura, Gabriel est un petit garçon heureux. Sa maman est rwandaise, son papa français, il vit avec sa petite sœur et de sa grand-mère. Alors certes il vit en exil du Rwanda natal de sa famille. Mais pour lui, enfant, ça ne veut pas dire grand-chose. Le quotidien de Gabriel c'est l'école, les copains et l'impasse. Un bout de terrain au fond du quartier où leur QG est un vieux combi Volkswagen.

La vie est faite de beaux moments : le chapardage des mangues dans les jardins, les ruades dans la rivière Muha, la découverte de la lecture avec Madame Economopoulos. Avec lui il y a Gino, le pote à la vie à la mort...oui à la mort ! Et les jumeaux si drôle et Armand un peu moins déluré et l'ennemi Francis. Le quotidien c'est aussi l'oncle Pacifique et le cuisinier Protée l'un milite pour un Rwanda démocratique, l'autre en rêve et puis Innocent le chauffeur qui portera si mal son nom.

Et vient un jour le début de la fin du bonheur

Quand la haine se déchaine, la famille et la bande d'amis sont engloutis dans cette violence ethnique qui traverse les frontières. Gabriel luttera pour rester un enfant, l'horreur et la démence des adultes le rattraperont, sa mère se perdra dans la folie des atrocités. Envoyé en France avec sa soeur, Gabriel saura alors ce qu'est l'exil et cette douleur que l'on traine éternellement. 20 ans plus tard, il retourne au Burundi. Ce qu'il retrouve nous cueille au cœur. Ce roman Gaël Faye l'écrit avec simplicité, amour, lucidité. Il nous intègre à cette famille rongée elle aussi par la différence et le racisme rampant. On sort de la lecture, groggy, toute cette haine nous terrasse. Pourtant Gaël Faye termine sur une lueur d'espoir et on veut y croire. Vraiment c'est un magnifique roman. A ce jour, Petit pays est déjà traduit en 36 langues. Et ce succès est très mérité.

Le conseil lecture de la semaine

Eh bien restons chez les Goncourt avec le roman primé en 2015 : Boussole de Mathias Enard qui parait chez Babel. Une nuit à Vienne, Franz Ritter, musicologue, cherche en vain le sommeil alors qu'il est malade. Une situation qui lui fait revisiter sa vie et faire des aller-retour entre occident et orient. Ce n'est pas une lecture facile mais il y a une telle atmosphère et une si belle musicalité dans l'écriture de Mathias Enard que c'est très vite ensorcelant.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.