Des livres qui nous emportent loin, dans l'aristocratie russe, sur une île ventée en passant par le soleil de la mer Egée.

Commençons les conseils pour cet été. Et en priorité il faut emporter le roman d'Alexandra Lapierre "Moura" chez Pocket.

Indispensable. Alexandra Lapierre a un talent inouï, elle se glisse dans l'âme de ses personnages. Qui ont tous existé comme Moura. Maria Zakrevskaia, fille d'un grand de la cour du Tsar, devient Madame Benckendorff en épousant un diplomate balte avec qui elle aura deux enfants. Vie classique mais brillante d'aristocrate que vient bouleverser en 1917 comme pour tant d'autres, la révolution. Moura voit disparaître une partie de sa famille. Son mari et ses enfants s'enfuient, elle reste en Russie et commence une aventure incroyable.
Rescapée des massacres Moura va survivre grâce à son intelligence, sa capacité a s'adapter, son charme, son excentricité, ses intuitions. Attachante elle fait tomber sous sa coupe, le célèbre et très influent Gorki dont elle sera la muse et la maîtresse. Mais sa route croisera aussi un bel espion anglais qui (et c'est véridique) inspirera James Bond. A la disgrâce de Gorki, elle s'exile, devient alors par mariage la baronne Budberg et enfin sera la compagne de H.G.Wells. Cette biographie romanesque est époustouflante. Alexandra Lapierre a suivi Moura à la trace et nous restitue cette vie insensée avec une écriture pleine de fougue et de passion. C'est vraiment formidable, quelque chose de l'âme russe reste en nous en fermant ces 700 pages que l'on avale avec délectation.

Quittons la Russie et l'Angleterre pour "Une petite île bien tranquille" de Pascale Dietrich chez Piccolo de Liana Levi.

Bien tranquille c'est vite dit. Eldelweiss revient sur l’île bretonne de Trevedic pour l'enterrement de son père. Très proche de lui, sa mort lui suspecte. Il a chuté du pic du rat, poussé par le vent, un soir de tempête. Edelweiss pose les questions qui dérangent et constate bien des changements sur l’île, une voiture de collection rutilante, le bar refait à neuf, des yachts de luxe, des maisons repeintes et retapées. Et très inquiétant, dans le jardin elle retrouve des balles de tennis avec des têtes de mort. Ce que va découvrir Edelweiss sera édifiant et entraînera plusieurs morts. Je n'en dis pas plus. Sauf qu'il y a beaucoup d'humour, que rien n'est politiquement correct et encore moins la fin. Un excellent moment de lecture.

Dernière destination la mer Egée avec "Une nuit en Crète" de Victoria Hislop au Livre de poche.

Ce sont 10 nouvelles qui pour la plupart se déroulent d'ailleurs en Grèce : à Athènes ou dans des villages aux couleurs de soleil et d'Ouzo. Des frères jumeaux qui se querellent, une étudiante amoureuse d'un activiste, un pope solitaire et une belle jeune femme, une jolie pâtissière qui s'enchante du sourire d'un client, un étranger qui va le rester etc. Ici pas de fable, pas d'emphase, pas de souffle historique comme dans ses romans, juste de petites histoires de vie quotidienne pas forcément facile mais Victoria Hislop distille une musique, une lumière qui illumine la lecture.

►►► EN SAVOIR PLUS | "Moura" Alexandra Lapierre pubblié aux éditions Pocket.
►►► EN SAVOIR PLUS | "Une petite île bien tranquille" de Pascale Dietrich aux éditions Piccolo de Liana Levi.
►►► EN SAVOIR PLUS | "Une nuit en Crète" de Victoria Hislop aux éditions Livre de poche.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.