Alto Braco, "haut lieu" en Occitan, c'est le plateau d'Aubrac. Un nom âpre, à l'image des paysages que Brune retrouve dans le moment douloureux du deuil. Vanessa Bramberger, dans "Alto Braco" aux éditions Piccolo, s'insinue subtilement dans le cœur de l'héroïne, où naît lentement l'envie d'un sentiment d'appartenance.

Paysage du haut plateau de l'Aubrac, dans le Massif central.
Paysage du haut plateau de l'Aubrac, dans le Massif central. © Getty / Bernard Jaubert

La mort est-elle toujours révélatrice de secrets ?

Brune est une jeune femme célibataire, directrice de crèche à Paris. Très tôt orpheline de sa mère, c'est sa grand-mère Douce et sa grande-tante Granita qui l'ont élevée ensemble, comme elles sont montées à Paris ensemble et qu'elles y tiennent un bar-restaurant rue Catulle-Mendes. Deux femmes fortes qui viennent de cette terre volcanique où un jour on retourne.

Le plateau, Brune y a passé ses vacances jusqu'à ses 15 ans, puis elle n'y est plus retournée, pas plus qu'elle n'a revu son père. Après l'enterrement de Douce, ses cousins Calmels l'ont accueilli. Et peu à peu, Brune retrouve le charme brut de ce pays qui la prend dans ses filets dont chaque rets est un secret.

Sur l'Alto Braco, le climat et les hommes sont rudes. Brune trouvera-t-elle sa place ? Entre révélations, non-dits et trahisons, le souvenir de l'amour de ces femmes originelles finira-t-il par l'emporter ? Peut-être, sans doute.

Alto Braco de Vanessa Bramberger, paru chez Piccolo en janvier 2019

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.